Publicité

10 janvier 2022 - 11:00

Canada

Plus d'aide médicale à mourir depuis que la loi fédérale l'autorise

Par La Presse Canadienne

Le nombre de Canadiens qui reçoivent l’aide médicale à mourir (AMM) augmente chaque année depuis que la loi fédérale qui l’autorise a été adoptée. 

Statistique Canada rapporte lundi que d’après les données disponibles, en 2017, 2838 décès médicalement assistés ont été déclarés par Santé Canada, comparativement à 4478 en 2018 et 5425 en 2019.  

Ce nombre est passé à 7383 en 2020, ce qui a représenté 2,4 % de tous les décès au Canada et qui a constitué une hausse de 36 % du nombre de bénéficiaires de l’AMM par rapport à 2019.  

En 2019 et en 2020, 75,5 % des demandeurs d’aide médicale à mourir l’ont finalement reçue. Ces personnes, qui étaient âgées en moyenne de 74,8 ans, ont dû présenter une demande écrite et avoir été évaluées par deux praticiens qui ont dû déterminer qu’elles répondaient aux critères d’admissibilité.  

L’un de ces critères est que le patient ressent une douleur physique ou psychologique intolérable liée à une condition médicale sous−jacente.   

Statistique Canada signale que le cancer a été invoqué comme condition médicale sous−jacente dans plus de 67,5 % de toutes les demandes écrites d’aide médicale à mourir en 2019 et en 2020, devant les maladies cardiovasculaires (12,4 %) et les maladies respiratoires chroniques (11,2 %).  

Le cancer est la principale cause de décès au Canada et est responsable de la mort de plus d’un Canadien sur quatre.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.