Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Cela peut favoriser la biodiversité, rappelle CNC

Donnez un coup de pouce à la nature en laissant les feuilles mortes faire leur travail

durée 15h00
15 octobre 2021
Jean-Francois Desbiens
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le spectacle des couleurs de l’automne est sans contredit l’un des plus magnifiques aspects de cette saison, mais il annonce toutefois une tâche que plusieurs jugent ardue : le ramassage des feuilles mortes.

L’organisme national voué à la conservation des milieux naturels, Conservation de la nature Canada (CNC), a un conseil pour les personnes qui souhaitent éviter cette corvée éreintante : laissez une ou deux couches de feuilles au sol.

On vous accuse de paresse? Répondez que vous donnez un coup de pouce à la nature!

Selon CNC, un organisme à but non lucratif, ne pas ramasser les feuilles est un petit geste de conservation qui peut favoriser la biodiversité sur votre terrain de bien des manières.

Alors que certains papillons migrent vers le sud, beaucoup d’insectes, dont certains pollinisateurs, et d’autres animaux sauvages, s’installent dans votre cour pour l’hiver et ne refuseraient certainement pas un petit coup de pouce de votre part.

Précieux habitat

Claude Drolet, chargé de projets à Conservation de la nature Canada au Québec, affirme que les feuilles mortes peuvent fournir un précieux habitat d’hivernage à de nombreuses espèces.

« Un grand nombre d’animaux, notamment des crapauds, des grenouilles et certaines espèces de papillons de jour et de nuit ont évolué pour pouvoir passer l’hiver sous un tapis de feuilles, explique-t-il. Ces feuilles constituent une couche isolante qui les protège des grands froids et des fluctuations de la température durant la saison hivernale. »

Un autre avantage de laisser derrière un peu de feuilles est que cela enrichit le sol. Claude Drolet explique qu’en se décomposant, les feuilles se transforment en un paillis naturel qui enrichit le sol et combat les mauvaises herbes.

Du carbone dans le sol

D’épais tas de feuilles peuvent étouffer la végétation, alors qu’une mince couche peut améliorer la santé des jardins et pelouses. Lorsque les feuilles se décomposent, une partie du carbone qu’elles contiennent est emmagasinée dans le sol.

« Même si c’est une très bonne chose que les villes se dotent de programmes de collecte et de compostage des feuilles mortes, nous pouvons tout aussi bien en laisser se décomposer naturellement sur place et contribuer à la santé de nos jardins », explique M. Drolet. Il n’y a pas que les feuilles qui aident les espèces de votre arrière-cour à traverser la froide saison.

« Les tiges de végétaux et les branches mortes constituent également des habitats pour de nombreux insectes, poursuit M. Drolet. En débarrassant nos terrains et de nos jardins de tout cela, nous privons des espèces indigènes d’habitats vitaux pour traverser l’hiver dans nos communautés. »

« Les oiseaux peuvent aussi profiter de votre jardin pendant la saison froide. En effet, les fruits et les graines qui restent sur les fleurs et les buissons représentent une source d’alimentation d’une grande importance qui permet à de nombreux oiseaux chanteurs, comme les chardonnerets, les geais et les mésanges, de survivre l’hiver. Fournir nourriture et abri à nos oiseaux et insectes indigènes est aussi important en hiver que le reste de l’année. »

Aider la nature autour de chez soi et en apprendre plus à son sujet peut aussi contribuer à renforcer notre connexion au monde naturel.

« Un nombre grandissant d’études démontrent que le contact avec le monde naturel est essentiel à la santé et au bien-être, affirme M. Drolet. Nous avons certains des derniers espaces de nature sauvage de la planète, mais pour nombre d’entre nous et nos enfants, établir une relation avec la nature commence à la maison. »

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


4 août 2022

COVID-19 : des équipes de vaccination iront dans les CHSLD et RPA

Aujourd’hui, le directeur de la Santé publique du Québec, le Dr Luc Boileau, est venu faire le point sur la situation de la COVID-19 dans la province. Il a débuté en mentionnant que, selon les données, on remarque la première baisse depuis sept semaines, autant les cas que les hospitalisations. Les absences au travail sont également en baisse. De ...

4 août 2022

Les Canadiens font de moins en moins confiance à leurs médecins

Les Canadiens feraient moins confiance à leurs médecins aujourd’hui qu’avant la pandémie, s’il faut en croire les résultats d’un sondage réalisé pour le compte d’une firme australienne en Australie, au Canada et aux États−Unis. Avant la pandémie, révèle l’enquête dévoilée récemment par Compare The Market, 87 % des Canadiens disaient faire ...

29 juillet 2022

« Vivre avec le virus, ne veut pas dire de vivre comme s'il n'y avait plus »

Le directeur national de la Santé publique, le Dr Luc Boileau, s’est à nouveau présenté devant les journalistes pour faire un point sur la situation actuelle concernant la COVID-19. Il a débuté en mentionnant qu’il y avait eu dans les dernières semaines une augmentation des cas dans les hôpitaux, mais que la majorité s’était présentée pour des ...