Publicité

25 janvier 2021 - 10:00

Victime d’un AVC, Mgr Luc Bouchard aura 72 ans cette année

Le pape François accorde la retraite à l’évêque du diocèse de Trois-Rivières

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

À midi heure du Vatican et 6h00 chez nous, le Pape François a accepté et rendu public la renonciation de la charge pastorale de Mgr Luc Bouchard comme évêque du diocèse de Trois-Rivières.

Selon le canon (loi) de l’Église catholique §401.2 «l’évêque diocésain qui pour une raison de santé… ne pourrait plus remplir convenablement son office, est instamment prié de présenter la renonciation à cet office ».

En avril 2010, Monseigneur Bouchard a été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) qui a occasionné une paralysie de la jambe gauche, du bras et de la main gauches, sans toutefois affecter ses facultés cognitives.

Après un traitement de physiothérapie, il a pu reprendre la charge du diocèse de Saint-Paul en Alberta qui lui était confiée à ce moment-là, et ce, avec l’assentiment du Saint-Siège. Mais les dommages étaient irréversibles.

Les séquelles de cet AVC n’ont cessé de croître comme en ont témoigné des examens médicaux et neurologiques récents. Les forces physiques, non seulement se détériorent, mais elles ne sont plus au rendez-vous.

Mgr Luc Bouchard a donc présenté au Pape François la renonciation de son office et le Saint-Père a acquiescé à la demande de Monseigneur Bouchard qui aura 72 ans cette année.

Monseigneur Luc Bouchard a été ordonné prêtre en 1976 (45 ans de service), nommé évêque en 2001 (20 ans), 11 ans à Saint-Paul en Alberta et 9 ans à Trois-Rivières. Il est originaire de Cornwall, Ontario.

Un processus déjà établi par le Droit Canon est en marche pour lui trouver un successeur. Jusque-là, d’ici 8 jours, un administrateur du diocèse sera élu par le Collège des Consulteurs du diocèse.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.