Publicité

6 janvier 2021 - 15:30

Les policiers ont été invités à faire preuve d’une grande tolérance et de discernement

Interdiction de mendier ou de quêter : la Ville de Shawinigan apporte des précisions

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La Ville de Shawinigan tient à apporter des précisions quant à l’application du règlement concernant l’interdiction de mendier ou de quêter en vigueur sur son territoire.

Le règlement municipal, qui a été modifié en décembre en collaboration avec la Sûreté du Québec, donne un pouvoir d’intervention plus précis aux policiers lorsque le comportement entrave la libre circulation des personnes ou porte atteinte au bon ordre public.

« L’objectif poursuivi n’est certainement pas d’appliquer ce règlement de façon très stricte. Les policiers de la Sûreté du Québec sont donc invités à faire preuve d’une grande tolérance et de discernement, et à agir pour faire cesser l’action qui porte atteinte à l’ordre public plutôt que d’émettre systématiquement des constats d’infraction », explique le maire Michel Angers.

Le règlement 4.2.14 stipule qu’il est défendu à toute personne de quêter, mendier, flâner, de vagabonder ou de dormir dans un parc, un lot, un champ, une cour, un hangar ou autre construction non employée comme résidence, sans la permission du propriétaire, ou dans toute autre place publique.

« D’un point de vue juridique, il est plus exact dans certaines situations de parler d’interdiction de mendier ou de quêter, plutôt que de parler simplement de flânage. Les personnes interpelées dans ces situations précises sont en droit de connaître la nature exacte de ce qu’il leur est reproché. Cette précision réglementaire existe dans d’autres villes au Québec », précise Chantal Doucet, greffière à la Ville de Shawinigan.

« De nombreux organismes communautaire sur notre territoire prennent en charge chaque année plusieurs personnes dans le besoin. La Ville travaille toujours en étroite collaboration avec ces derniers et salue leur travail. On s’entend donc pour dire qu’il y a très peu de cas extrêmes à Shawinigan », conclut le maire Angers.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.