Publicité

16 décembre 2020 - 13:30

La COVID-19 a eu un impact significatif sur les habitudes numériques des adultes

Pandémie : 63 % des Québécois ont passé plus de temps devant leurs écrans

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

63 % des Québécois ont passé plus de temps devant leurs écrans depuis le début de la pandémie et 70 % disposent maintenant d'un abonnement à un service de visionnement de films ou de séries sur Internet, une hausse de 13 points de pourcentage depuis l'an dernier.

De plus, le tiers (32 %) des adultes disposant d'une connexion Internet à domicile a bonifié ses services ou a changé de fournisseur.

Ce sont quelques-uns des faits saillants de la plus récente enquête NETendances 2020 de l'Académie de la transformation numérique (ATN), Portrait numérique des foyers québécois.

Les plateformes de visionnement sur Internet (streaming) qui ont connu les plus fortes progressions par rapport à l'an dernier sont Amazon Prime Vidéo (19 %), avec une augmentation de 12 points de pourcentage, et Netflix (52 %), avec une hausse de 10 points de pourcentage.

Les services de télévision par fibre optique ou câblodistribution ont pour leur part connu une décroissance de leur taux d'abonnement pour atteindre 72 % en 2020. Il s'agit d'un recul de 5 points de pourcentage en un an et de 12 points de pourcentage depuis 2017.

Les personnes âgées de plus en plus branchées

L'enquête révèle que 97 % des foyers québécois ont accès à Internet à la maison, une hausse de 4 points de pourcentage depuis 2019. Les adultes de 65 ans et plus sont les principaux responsables de cette progression, passant de 83 % en 2019 à 90 % cette année.

« Nos données démontrent également que les personnes âgées de 55 ans et plus sont maintenant 89 % à accéder à Internet chaque jour alors qu'ils étaient 73 % à le faire en 2019, soit un bond de 16 points de pourcentage en un an », mentionne Claire Bourget, directrice intelligence d'affaires et recherche marketing à l'ATN.

Pour 41 % des adultes québécois, l'ordinateur est l'appareil le plus fréquemment utilisé pour accéder à Internet, en hausse de 7 points de pourcentage par rapport à l'an dernier. Cette hausse est attribuable principalement aux personnes âgées de 55 ans et plus.

À titre d'exemple, ce sont 60 % des adultes de 65 à 74 ans et 68 % des adultes de 75 ans et plus qui utilisent le plus fréquemment l'ordinateur (portable ou de table) pour accéder à Internet. Le téléphone intelligent demeure toutefois l'appareil privilégié par les 18 à 44 ans (65 %).

Intérêt marqué pour l'achat d'appareils électroniques

En 2020, 41 % des adultes québécois ont manifesté leur intention d'acheter un appareil électronique au cours des 12 prochains mois, ce qui représente une augmentation de 25 points de pourcentage par rapport à l'an dernier (16 %).

Les hommes (46 %) et les Québécois de 18 à 34 ans (69 %) sont les plus nombreux à avoir l'intention d'acheter un de ces appareils.

Les intentions d'achat à l'égard des téléphones intelligents (27 % contre 9 % en 2019) et des tablettes électroniques (14 % contre 5 %) ont connu la plus forte augmentation au cours de la dernière année.

Ce sont maintenant 66 % des adultes qui possèdent des appareils de divertissement (console de jeux vidéo, télévision intelligente ou lecteur multimédia en continu) au sein de leur foyer, une hausse de 7 points de pourcentage comparativement à l'an dernier.

Le lecteur multimédia en continu est l'appareil qui a le plus gagné en popularité en un an (de 17 % à 30 %), suivi de la télévision intelligente (de 34 % à 39 %) et de la console de jeux vidéo (de 42 % à 46 %).

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.