Publicité

12 décembre 2020 - 08:28 | Mis à jour : 08:51

Il a remis lui aussi l’équivalent de 500$ en denrées alimentaires au Centre Roland-Bertrand

Le Bar Le Picasso embarque à son tour dans la vague régionale de générosité

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le Bar Le Picasso embarque à son tour dans la grande vague régionale de générosité envers les démunis qui a été lancée sur les réseaux sociaux par les propriétaires de l’entreprise Groupe Konex.

Il a remis hier l’équivalent de 500$ en denrées alimentaires au Centre Roland-Bertrand.

« Par le passé, nous nous sommes mobilisés pour différentes causes, comme le cancer. Mais cette année, nous avons entendu l’appel à la mobilisation pour les paniers de Noël et nous avons décidé d’embarquer dans le mouvement. C’est important de se serrer les coudes à l’approche des Fêtes et de donner quand on peut le faire », explique la propriétaire du Bar Le Picasso, Manon Fortin.

Souhaitant faire la différence auprès des familles de la région dans le besoin, la propriétaire de l’établissement s’est procuré 50 sacs de denrées au coût de 10$ chacun via la Guignolée IGA 2020.

Ces derniers seront garnis de six produits d’ici et remis au Centre Roland-Bertrand qui assure la distribution des paniers de Noël sur le territoire de la ville de Shawinigan.

Parmi les produits que peuvent contenir les sacs, notons les conserves de toutes sortes, les pâtes alimentaires, des collations pour enfants, etc.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.