Publicité

15 novembre 2020 - 11:54

Toutes les clientèles vont en profiter, affirme Christian Dubé

Soutien à domicile : Québec investira 100 M$ annuellement pour augmenter l'offre

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Un montant récurrent annuel de 100 M$ sera octroyé par Québec aux différents établissements du réseau de la santé et des services sociaux et à leurs partenaires pour bonifier l'offre de services de soutien à domicile.

Dans un communiqué, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, précise que la plus grande partie de cette somme, soit 65 M$, sera versée aux CISSS et aux CIUSSS, afin d’augmenter le volume et l'intensité des services de soutien à domicile selon les besoins.

Toutes les clientèles bénéficieront de ces services, notamment les personnes aînées, les personnes ayant une déficience physique, une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l'autisme, les personnes présentant des maladies chroniques et les personnes requérant des soins palliatifs et de fin de vie à domicile.

Ce montant servira également à combler des besoins de courte durée des usagers, par exemple en post-hospitalisation, qu'ils soient enfants, adultes ou aînés.

Un autre montant de 10,5 M$ contribuera pour sa part à bonifier les conditions de travail des travailleurs engagés de gré à gré dans le cadre de la modalité allocation directe / chèque emploi-service.

Le taux horaire minimum de 14,25 $ de l'heure passera ainsi à 16,00 $, ce qui représente une augmentation globale de 1,75 $ de l'heure. Cette augmentation inclut l'indexation annuelle de 0,97 % prévue au 1er avril 2020.

Entreprises d'économie sociale

Du côté des entreprises d'économie sociale en aide à domicile (EESAD), un montant de 14,7 M$ servira d'une part à bonifier de 2 M$ l'aide variable du Programme d'exonération financière pour les services d'aide domestique (PEFSAD) et d'autre part à bonifier les conditions de travail des préposés à domicile de 1,75 $ de l'heure, grâce à un financement de 12,7 M$.

Les établissements de santé et de services sociaux verseront les montants aux EESAD pour les services achetés, à hauteur de 3,7 M$. La différence sera versée en mesure compensatoire par l'entremise du PEFSAD.

Finalement, 2,3 M$ seront consacrés à l'achat d'équipements non capitalisables et 7,5 M$ aux fonctions de supervision clinique, de soutien clinique ainsi que pour les coûts administratifs et techniques associés.

« Notre gouvernement s'est engagé à améliorer les services de soutien à domicile, tant sur le plan de leur accessibilité que de leur qualité, affirme M. Dubé. Avec l'annonce d'aujourd'hui, nous bonifions notre engagement, qui était de 800 M$ sur quatre ans, à 1,4 G$. Cette bonification des services s'inscrit à la suite des efforts amorcés au cours des derniers mois pour mieux répondre aux besoins croissants des Québécoises et des Québécois qui souhaitent demeurer à domicile. Nous voulons ainsi offrir aux citoyens la possibilité de conserver leur autonomie le plus longtemps possible, au cœur de leur communauté. »

Faits saillants :

• Le nombre d'heures de service direct additionnelles à offrir aux usagers s'élève à 520 000 pour l'ensemble du Québec et permettra à 1 152 personnes de plus de recevoir des services.

• Rappelons que la gamme de services de soutien à domicile est constituée de quatre types de services, qui ont pour objectif de permettre aux usagers de demeurer à domicile, en tenant compte de leurs besoins et de ceux de leurs proches, soit :

-les services d'aide à domicile (incluant notamment les services d'assistance personnelle et les services d'aide aux activités de la vie domestique, comme l'entretien ménager, la préparation de repas et les soins d'hygiène);

-les soins et services professionnels (par exemple : les soins infirmiers, l'ergothérapie et les services psychosociaux);

-les services aux personnes proches aidantes (par exemple : le répit);

-le soutien technique (par exemple : lits réglables, bancs de transfert).

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.