Publicité

16 octobre 2020 - 06:00

Titres de transport et application MyBus

La RTCS présente des nouveautés pour le mois de novembre

Par Salle des nouvelles

La Régie de transport en commun de Shawinigan (RTCS) informe les usagers du transport régulier des nouveautés à venir dans les prochaines semaines.

Lors de leur achat du pass mensuel de novembre dans l’un des points de service, les citoyens pourront constater que le visuel a changé. Il faudra désormais présenter son pass devant le lecteur situé sur le tableau de bord près du chauffeur en entrant dans l’autobus. Cela permettra de valider de façon électronique les titres de transport.

Un téléphone comme titre de transport

Tel qu’annoncé en novembre 2019 lors du SIIViM Shawinigan, la RTCS et l’entreprise française Monkey Factory ont signé un partenariat afin de développer l’application MyBus pour les usagers de la RTCS, une première au Canada.

Dès maintenant, il est possible de télécharger gratuitement l’application MyBus App sur le téléphone intelligent (disponible sur Google Play et Apple Store).

Ainsi, dans les jours précédant le début du mois de novembre, il sera possible d'acheter le titre de transport directement dans l’application et le valider en scannant le code QR avec le téléphone sur l’autobus, juste avant d’embarquer. Il suffira ensuite de montrer le téléphone intelligent au chauffeur.

Par ailleurs, MyBus permet pour le moment de faire des calculs d’itinéraires théoriques, et bientôt, les usagers pourront suivre l’autobus et calculer leurs déplacements en temps réel, grâce à l’application.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.