Publicité

19 septembre 2020 - 10:00

Nouvelle campagne de sensibilisation

Encore trop de jeunes conduisent gelés, selon la CAA-Québec

Par Salle des nouvelles

Un jeune canadien, âgé de 18 à 24 ans, sur 5 aurait déjà conduit sous l’influence du cannabis ou été dans un véhicule conduit par une personne intoxiquée.

Face à ce dur constat, l’ensemble des clubs canadiens, incluant l'association canadienne des automobilistes (CAA)-Québec, lancent une nouvelle campagne pour sensibiliser les jeunes et prévenir ce danger.

Selon Ian Jack, vice-président aux affaires publiques de la CAA, les résultats de ce sondage montrent qu’il faut mieux éduquer le public sur les risques de la drogue au volant.

« Notre campagne Non à la drogue au volant aborde avec un brin d’humour le fait que certains jeunes consomment du cannabis comestible, indique M. Jack. Peu importe ce que vous comptez faire, planifiez bien les choses. Prévoyez une façon sécuritaire de rentrer: en taxi, par exemple, ou avec un conducteur désigné. Ou dormez chez vos amis. Mais ne prenez jamais le volant si vous consommez. »

La campagne à l’échelle nationale s’adresse particulièrement aux jeunes de la génération Z avec un message simple et efficace: « Si tu prends du cannabis comestible, fais ce qui te plaît, mais ne conduis pas ». Ce sera décliné sur Snapchat, YouTube, Twitch et Instagram, des plateformes largement utilisées par ces jeunes.

Si la conscience sociale a largement évolué par rapport à la conduite en état d’ébriété, les effets du cannabis sur la conduite automobile demeurent sous-évalués. Un tiers des Canadiens croient qu’il n’y a pas de danger à conduire moins de cinq heures après avoir consommé du cannabis comestible.

Pire encore, 12% des répondants au sondage estiment que la consommation de cannabis avant de conduire n’a aucun effet sur leur performance, ou même l’améliore.

« On banalise encore trop souvent les effets de la consommation de cannabis sur la conduite automobile. Pourtant, les facultés peuvent demeurer affaiblies jusqu’à 12 heures après avoir consommé du cannabis comestible. » explique Marco Harrison, directeur de la Fondation CAA-Québec

Le cannabis ingéré est probablement la façon de consommer la plus insidieuse. Le temps d’action plus long que le cannabis inhalé (jusqu’à 2 heures comparativement à quelques minutes) est aussi un problème pouvant induire le consommateur en erreur quant à ses effets. Ce dernier pourrait être tenté d’en ingérer davantage ou, pire, prendre le volant en se croyant apte à conduire.

Depuis la légalisation du cannabis en octobre 2018, CAA-Québec diffuse une page d’information sur le cannabis au volant, rappelant que la sécurité routière passe avant tout. Le Code de la sécurité routière est très clair: c’est tolérance zéro en matière de drogue au volant, et ce, pour tous les types de conducteurs (apprentis ou conducteurs aguerris). En cas d’infraction, c’est la suspension du permis de conduire sur-le-champ pour 90 jours.

D’ailleurs, même si la vente et la production de cannabis comestible sont légales au Canada depuis décembre 2019, le Québec a choisi de ne vendre que quelques produits dans ses succursales de la SQDC. Les produits considérés comme très attrayants pour les moins de 21 ans comme les friandises, confiseries, chocolats, et desserts y sont interdits.

CAA-Québec, organisme à but non lucratif, assiste chacun de ses membres en offrant des avantages, des produits et des services dans les domaines de la mobilité, du voyage, de l’assurance et de l’habitation. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.