Publicité

17 septembre 2020 - 11:00

Cinq arrestations en Mauricie

L'éradication de plants de cannabis dans cinq régions mène à la saisie de 6 110 plants

Par Salle des nouvelles

La journée d’éradication de plants de cannabis par la Sûreté du Québec a permis la saisie de 6 110 plants. Huit personnes ont été arrêtées, dont trois en Outaouais et cinq en Mauricie. Cette opération ciblait les région les régions de la Mauricie, du Centre-du-Québec, en Estrie, dans les Laurentides et en Outaouais.

Depuis le début de la saison, les saisies de plantations extérieures illégales sur l’ensemble du territoire de la Sûreté du Québec ont donc permis de saisir 33 610 plants et de procéder à près d’une cinquantaine d’arrestations jusqu’à présent. Le travail policier quotidien en cette matière va se poursuivre au cours des prochaines semaines.

La croyance que la production à des fins personnelles est légale a amené une situation particulière hier. Le 15 septembre vers midi, les policiers de la SQ MRC de Montcalm ont été avisés de la présence de quatre plants de cannabis en culture (environ 1,5 m de hauteur) dans une cour résidentielle. Celle-ci était adjacente au terrain d’une école primaire de St-Alexis et les plants ne passaient pas inaperçus des élèves.

L’homme de 37 ans qui se trouvait sur place pourrait être accusé en vertu de la Loi encadrant le cannabis puisqu’il est illégal de produire du cannabis sur le territoire québécois sans certification gouvernementale, même à des fins personnelles.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.