Publicité

14 septembre 2020 - 08:30

Consolider la structure

Des travaux débutent sur le pont de la Rivière Batiscan

Par Salle des nouvelles

Des  travaux sur le pont situé sur la route 138 au‑dessus de la rivière Batiscan, à Batiscan, débutent ce 14 septembre. Ils se poursuivront jusqu’à la fin du mois d’octobre.

Ces interventions consisteront à remplacer des membrures de la charpente métallique. Ainsi, à la suite de ces travaux, la restriction de 5 tonnes sera levée, mais la limite de charge de 26T-42T-54T en vigueur depuis 2014 sera maintenue.

Détérioration

Profitant de la fermeture du pont cet été, le Ministère a procédé à l’inspection planifiée de celui-ci, ce qui a permis de constater une détérioration affectant la capacité de la structure. Une nouvelle limite de charge de 5 tonnes avait ainsi été imposée lors de la réouverture le 9 juillet dernier.

Un projet de réfection du pont figure au Plan québécois des infrastructures dans la catégorie « en planification ». Les études d’avant-projet sont en cours.

Entraves et gestion de la circulation

La circulation sera permise sur la structure pendant la majeure partie du chantier. Une fermeture complète d’une journée sera toutefois nécessaire pour effectuer des travaux à la charpente métallique du pont. Celle-ci sera annoncée prochainement.

De courtes périodes ponctuelles de fermeture d’environ 10 minutes seront également requises à certains moments. Des signaleurs seront alors présents afin d’assurer la fluidité de la circulation.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.