Publicité

18 août 2020 - 13:15

COVID-19

Plan pour la 2e vague: la "clientèle vulnérable" n'est pas oubliée

Par Inès Lombardo, Journaliste

Après avoir précisé les détails techniques, le ministre de la Santé Christian Dubé a décrété que la 2e vague devrait être moins importante, non seulement grâce au nouveau plan d'action mais aussi à l'apprentissage tiré de la première vague. Lionel Carmant a assuré que l'aide pour la clientèle plus vulnérable sera maintenue, voire renforcée.

« Est-ce qu'on peut  faire mieux? s'est interrogé le ministre. La réponse est oui. Aujourd'hui, nous vivons une période d'accalmie. Je dis cela avec prudence car le nombre de cas a baissé. Mais je ne veux pas de gens déçus, il y aura des éclosions. C'est déjà le cas. Une chose a changé: nous avons appris à contrôler les choses. Nous sommes mieux préparés ».

Déconfinement ciblé pour les plus jeunes

Pour démontrer ce contrôle, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux Lionel Carmant a cité ses quatre objectifs, liés au plan d'action exposé ce matin.

Son rôle va être de limiter les impacts de la crise pour les enfants, notamment ceux qui ont des troubles du spectre de l'autisme et autres handicaps, notamment à travers un déconfinement plus ciblé.

La santé mentale est un autre défi, que Québec contrera avec des outils numériques axés autour de l'autogestion de la santé émotionnelle. L'accès au service info-social 811 sera favorisé et 200 intervenants seront recrutés.

Des services prioritaires pour la clientèle vulnérable, notamment les personnes itinérantes, bénéficieront de la collaboration entre les municipalités et les organismes communautaires.

Enfin, Lionel Carmant a assuré que ces derniers auront un financement qui demeure à la hauteur des attentes, dans le domaine de la santé et des services sociaux. « Nous avons fait nos devoirs. Nous sommes prêts », a-t-il expliqué.

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.