Publicité

9 juillet 2020 - 18:00

La structure située au 6, rue Fusey

Une nouvelle maison des aînées annoncée à Trois-Rivières

Par Salle des nouvelles

Les ministres Marguerite Blais, Jean Boulet et Sonia LeBel ont annoncé aujourd'hui qu'une maison des aînés et alternative sera construite à Trois-Rivières, sur le territoire du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec.

Cette maison des aînés et alternative, qui mettra 96 places à la disposition de la population de la région, dont 72 places pour aînés et 24 autres places pour adultes ayant des besoins spécifiques, sera située au 6, rue Fusey.

Huit unités climatisées de 12 places chacune

Ce site permettra d'offrir aux résidents un milieu de vie à dimension humaine, constitué de huit unités climatisées de 12 places chacune, et comportant des chambres individuelles avec toilette et douche adaptée pour chaque résident.

Ce nouveau type d'hébergement rappellera davantage un domicile et favorisera les contacts humains ainsi qu'un mode de vie plus actif, entre autres grâce à un accès à des espaces extérieurs aménagés et à des installations intérieures mieux adaptées aux besoins des résidents et de leurs proches.

De plus, l'environnement des maisons des aînés et alternatives facilitera l'application des mesures de prévention et de contrôle des infections en cas d'éclosion. Cette transformation sera aussi bénéfique pour le personnel qui travaille dans ces milieux, et contribuera d'ailleurs à l'attractivité et à la rétention de cette main-d'œuvre.

« Il s'agit d'un véritable gain pour la Mauricie, qui résulte d'un engagement historique, à même de changer les choses de manière durable, en cohérence avec les besoins réels de la communauté de Trois-Rivières et des environs », a assuré Jean Boulet, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.