Publicité

9 juin 2020 - 18:00

Déconfinement du secteur de la restauration

Des restaurateurs autorisés à agrandir leur terrasse sur l’espace public à Shawinigan

Par Salle des nouvelles

C’est ce soir, lors de la séance publique du conseil municipal, que sera adoptée la résolution permettant aux restaurateurs qui en ont fait la demande d’utiliser la place publique pour agrandir leur terrasse. Des zones précises ont été identifiées à Shawinigan.

« La crise engendrée par la pandémie de la COVID-19 a un impact direct sur les restaurateur », rappelle le maire de Shawinigan Michel Angers. « Le gouvernement provincial vient d’annoncer le déconfinement de ce secteur. C’est à notre tour, maintenant, d’ajuster notre règlementation pour permettre à nos commerçants de maximiser leurs opérations. »

Plusieurs aménagements

Le conseil municipal a choisi de libérer plusieurs zones distinctes pour les restaurateurs du centre-ville. La décision a été prise en tenant compte de différents facteurs dont la sécurité (accès en tout temps aux services d’urgence) et l’accès aux résidences et aux autres commerces du quartier.

Ainsi, des terrasses pourront être aménagées sur des voies de circulation du lundi 15 juin au mercredi 14 octobre :

1- sur l’avenue Mercier, de la 4e rue de la Pointe jusqu’au 443, avenue Mercier (fermeture de rue). À noter que la ruelle située entre les 4e et la 5e rue de la Pointe demeure accessible;

2- sur l’avenue Tamarac, entre la 4e et la 5e rue de la Pointe (fermeture de rue);

3- sur l’avenue Willow, de la promenade du Saint-Maurice jusqu’au 452, avenue Willow ainsi que la ruelle Wilson (fermeture de rue).

D’autres restaurateurs du quartier ont l’autorisation d’agrandir leur terrasse au-delà de leur propriété sur la place publique, mais cet agrandissement ne cause aucune entrave à la circulation.

Par exemple, une partie de la place du Marché sera allouée aux propriétaires des Ailes Buffalo et du Radoteux; le Globe Steakhouse pourra étendre sa terrasse sur le trottoir face au 323, 5e rue de la Pointe (anciennement Pizzéria Bravo). Chaque restaurateur aura la gestion de sa terrasse (entretien, désinfection, etc.) et aucun espace commun n’est prévu.

Une mobilisation terrain

Depuis plusieurs semaines déjà, le service de développement économique de la Ville accompagne le Regroupement des gens d’affaires du centre-ville (RGA) dans ses représentations auprès de la Régie des alcools, des courses et des jeux.

Le but de la démarche était d’obtenir des permis d’alcool modifiés afin que les restaurateurs puissent agrandir leur terrasse cet été.

« La souplesse demandée est en lien avec la règle du 2 mètres qu’il faut respecter, explique le président du RGA du centre-ville et instigateur de la démarche auprès de la Régie, Claude Villemure. Puisque de nombreuses places assises sont perdues, nous avons proposé d’agrandir les terrasses, ce qui a un impact direct sur notre demande de permis d’alcool auprès de la Régie. La Régie a accepté de traiter notre demande par zone plutôt que par commerce. La Ville a donc pu permettre l’utilisation de certains espaces publics. »

Demande de permis modifié

Le travail effectué avec la Régie des alcools, des courses et des jeux permettra à d’autres restaurateurs d’acquérir des permis d’alcool modifié, au besoin. Le service de développement économique de la Ville reste disponible pour accompagner les commerçants qui souhaiteraient en faire la demande.

« Nous avons développé une façon de travailler qui allège le processus de demande, mentionne le directeur du service, Luc Arvisais. Nous invitons donc les entrepreneurs en restauration à nous joindre pour qu’on puisse les accompagner lorsqu’ils feront leur demande de permis modifié à la Régie. Tout comme eux, on veut que cette demande se fasse dans les meilleurs délais. »

Certains restaurateurs, comme les propriétaires du Saint-Antoine et du Zélé à Sainte-Flore, ont déjà leur permis modifié. Bien que ces restaurateurs n’empiètent pas sur l’espace public pour agrandir leur terrasse, ils ont tout de même eu besoin d’un permis d’alcool modifié puisque la dimension de leur terrasse tout comme le nombre de places disponibles ont changé.

Dans le cas de restaurateurs qui n’offrent pas d’alcool, une demande d’agrandissement de terrasse sur la place publique peut directement être déposée à la Ville. Encore une fois, le service de développement économique peut accompagner les entrepreneurs dans ces démarches.

Et le 15 juin?

Impliquée dans le dossier depuis le début, la conseillère du district de la Cité, Jacinthe Campagna, ne peut que se réjouir de l’ouverture prochaine des terrasses, le 15 juin.

« Je travaille avec le Regroupement des gens d’affaires du centre-ville depuis le début et ce que j’ai vu, ce sont des gens en mode solution, prêts à s’adapter et à faire bouger les choses, observe-t-elle. J’invite maintenant les citoyens à redécouvrir leurs restaurateurs et à être présents, le 15 juin prochain. C’est important de soutenir notre économie locale. »

Pour avoir plus d’information sur l’accompagnement du service de développement économique, vous pouvez joindre le 819 536-7200 ou [email protected]

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.