Publicité

20 mars 2020 - 10:19

PANDÉMIE Covid-19

Le milieu culturel lourdement affecté par la pandémie

Par Salle des nouvelles

Depuis l'annonce du premier ministre le 12 mars dernier d'annuler toute représentation ou rassemblement de plus de 250 personnes pour tenter de réduire la propagation du COVID-19, Culture Mauricie, en collaboration avec les Conseils régionaux de la culture du Québec, a sondé les artistes et organismes culturels membres de son organisation dans l’objectif de produire un premier bilan global des répercussions de la situation sur le milieu artistique.

À la lumière des témoignages reçus, Culture Mauricie a constaté que tous les secteurs artistiques sans exception sont affectés par la crise actuelle. Les artistes, organismes et intervenants des milieux des arts de la scène, des arts visuels, des arts médiatiques, de la littérature, du patrimoine et de la muséologie encaissent de multiples contrecoups d’ordre financier, mais aussi d’ordre social et psychologique. 

Des pertes financières majeures

L’annulation d’événements culturels et la fermeture des lieux de diffusion entraînent non seulement des pertes financières majeures pour les organismes, mais aussi l’arrêt ou le report incertain de centaines de manifestations culturelles périphériques s’y rattachant, sources importantes de revenus pour de nombreux artistes et travailleurs de la culture. 

En effet, la liste de contrats de travail que les artistes et artisans ont vu annulés depuis jeudi dernier est imposante : ateliers, conférences, animation, coordination artistique, spectacles, événements corporatifs, vernissages, tournages cinématographiques, captation d’événements, activités de réseautage, séances de signature, lectures publiques, etc. Les artistes et artisans contractants touchés par ces annulations voient leur revenu annuel diminuer de manière drastique, en plus de perdre de précieuses occasions de visibilité et de réseautage nécessaires au développement d’un parcours artistique ou d’une carrière dans le milieu culturel.

De plus, la fermeture des établissements scolaires occasionne aussi pour de nombreux artistes la perte d’un large éventail de contrats de travail, notamment par la voie du programme La culture à l’école du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur qui permet aux élèves d’avoir accès à des ateliers et à des conférences d’artistes et d’écrivains.

Selon les informations recueillies auprès des membres de Culture Mauricie, les pertes financières subies par les artistes et les organismes peuvent aller dans certains cas jusqu’à plusieurs centaines de milliers de dollars. Ajoutons à cela que les annulations des dernières semaines représentent pour certains la perte de la quasi-totalité de leur revenu annuel, alors que pour d’autres, la probabilité d’une mise à pied.

Une situation anxiogène

Ces répercussions affectent non seulement de façon dramatique le niveau de vie des artistes et travailleurs de la culture régionaux, mais risquent également de causer chez certaines personnes des troubles psychologiques tels l’anxiété et la dépression.

Si la crise perdure et que les recommandations d’isolement imposées par le gouvernement sont maintenues à plus long terme, Culture Mauricie a expliqué que la situation risque de devenir alarmante pour le milieu. Des fonds spéciaux d’aide aux artistes semblent se mettre en place au sein des deux paliers de gouvernement, mais la nature précise de ceux-ci et les modes de fonctionnement s’y rattachant demeurent encore nébuleux.

Dans la volonté première d’aider au meilleur de ses capacités la communauté artistique à faire face à la crise pandémique, Culture Maurice s’engage fermement à travailler de pair avec les instances gouvernementales pour assurer la préservation et la pérennité de l’écosystème culturel régional. L’équipe continuera également, dans les prochaines semaines, de sonder le terrain auprès des artistes et organismes culturels dans le but de documenter rigoureusement et de mesurer à plus long terme les impacts de la crise sur le milieu artistique.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.