Publicité
18 février 2020 - 18:00

Pression sur le cabinet d'avocats Lavery

CPE Forêt enchantée : le syndicat CSN manifeste, dans l'attente d'une convention

Par Salle des nouvelles

Le Syndicat régional des travailleuses et travailleurs en CPE du Cœur du Québec (CSN) a organisé hier une manifestation à Trois-Rivières, pour signifier au cabinet d’avocats Lavery leur exaspération d’attendre l’approbation des textes de la convention collective du CPE Forêt enchantée.

Le 25 juin dernier, une entente de principe est survenue avec la partie patronale. Depuis, la partie syndicale estime avoir fait sa part du travail de rédaction et de correction des textes. En septembre dernier, le syndicat a envoyé sa version des textes à la partie patronale. Depuis, silence radio: les membres du CSN attendent toujours leur approbation des textes, pour signer cette convention collective.

Pour Dominique Jutras, présidente du Syndicat régional des travailleuses et travailleurs en CPE du
Cœur du Québec (CSN), « il est inconcevable que ce soit si long d’obtenir les correctifs des textes. Nous avons été très patientes, mais là c’est trop. C’est en rencontre avec le Conseil d’administration que nous avons constaté que le problème provenait d’ici, dans le bureau d’avocats. C’est tout de même vraiment particulier d’attendre après des avocats qui ont comme mandat de faire de la négociation. »

« Quand ta job c’est de négocier des conventions collectives, normalement après l’entente de principe tu te dépêches pour finir ton travail et signer la convention, s'agace Paul Lavergne, président du Conseil central du Cœur du Québec - CSN. En 10 ans de présidence du conseil central, c’est la première fois que je vois ça, un cabinet d’avocats qui ralenti la signature d’une convention collective. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.