Publicité
18 février 2020 - 14:46 | Mis à jour : 17:46

Dans le cadre du programme "Citoyen.ne.s du monde et de chez nous"

CS3R: une délégation de la Mauricie à l’ONU

Par Salle des nouvelles

Huit membres du Comité de Solidarité/Trois-Rivières (CS3R), qui ont participé à l’activité de simulation de l’ONU en novembre dernier, se sont rendu à New York du 14 au 16 février pour visiter le siège de l’ONU et en apprendre plus sur le fonctionnement de cette institution internationale.

Le projet Citoyen.ne.s du monde et de chez nous vise à promouvoir l’accueil, la diversité et l’action citoyen.ne des jeunes de la Mauricie et du centre du Québec. Lors de leur séjour, ces participants ont eu l’opportunité de visiter les locaux de l’Organisation des Nations unies, dans le but de mieux comprendre les systèmes politiques en place et développer leur capacité à s’impliquer dans la vie politique de leur communauté.

« La visite de l’Organisation des Nations unies est vraiment marquante, rapporte David Laprade, un participant. Nous entrons au premier étage avec une exposition sur les crimes commis par les nazies. Par la suite, nous découvrons aux étages supérieurs toutes la richesse de l’art engagé avec une exposition qui dénonce, notamment le surarmement. Nous terminons en voyant les salles où l’humanité se fait face à face sur un pied d’égalité, le tout dans le respect et la dignité de l’expérience humaine. »

Les jeunes qui participé à ce projet pourront poursuivre leur engagement citoyen à leur retour en faisant partie du comité jeunesse du CS3R, un comité qui vise la mobilisation autour de projets concrets.

L’activité était offerte dans le cadre du projet Citoyen.ne.s du monde et de chez nous, financé par le programme Service jeunesse Canada du Gouvernement du Canada.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.