Publicité
30 janvier 2020 - 12:00

Des cliniques juridiques et sociales confidentielles pour les victimes de violences sexuelles

La Caravane #MoiAussi de passage à Trois-Rivières cette semaine

Par Salle des nouvelles

Depuis novembre dernier, Juripop, en collaboration avec le Réseau des centres d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC), le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) et d’autres partenaires de différents milieux, sillonne 12 régions du Québec pour offrir des cliniques juridiques et sociales. La Caravane #MoiAussi sera de passage au CAVAC de la Mauricie (en partenariat avec Emphase) le lundi 3 février, de 15h à 19h, afin d'offrir aux personnes victimes de violences sexuelles de l'information juridique et du soutien psychosocial.

Ce projet est une première au Québec puisqu'il permet aux personnes victimes de violences sexuelles d'obtenir de l'information juridique tout en recevant un soutien psychosocial. Des procureur.e.s, avocat.e.s de différents domaines, intervenant.e.s psychosociaux.ales et policier.ères seront présents dans le but de répondre aux questions des personnes victimes et ce, gratuitement et de manière confidentielle.
 
« Les mythes et la désinformation concernant le traitement juridique des violences sexuelles sont l'un des principaux obstacles à la dénonciation et à la reprise de pouvoir des personnes victimes. La Caravane #MoiAussi s'attaque à ce problème en offrant des consultations gratuites et confidentielles avec des avocat pratiquant dans tous les domaines de droit », explique Me Sophie Gagnon, directrice générale de Juripop.
 

Répondre aux questions et offrir du soutien

Plusieurs avocats en droit civil, familial, de l’immigration, du travail et administratif, accompagnés de procureurs, d'intervenants psychosociaux et de policies, seront mis à la disposition des personnes victimes de violences à caractère sexuel afin de les aiguiller dans leurs démarches et de leur offrir un soutien psychosocial, en fonction des besoins et des volontés de chacun et chacune. Les consultations seront gratuites, sans rendez-vous et complètement confidentielles.

Un.e procureur.e aux poursuites criminelles et pénales présentera, lors des cliniques, le DPCP, le processus judiciaire, mais également le processus décisionnel de l’analyse d’une demande d'intenter des procédures.

Plusieurs lignes téléphoniques accessibles

Durant les périodes d’ouverture des cliniques, une ligne téléphonique d’informations sera également mise à la disposition des personnes victimes. Ces dernières pourront alors contacter gratuitement les avocats et intervenants au 1-833-JURIPOP (587-4767).

Rappelons que les personnes victimes de violences à caractère sexuel qui envisagent de déposer une plainte auprès des policier.ères ainsi que les organismes qui leur viennent en aide peuvent contacter une procureure spécialisée du DPCP au 1 877 547-DPCP (3727). Ce service gratuit et confidentiel vise à les renseigner sur le traitement d’une plainte policière et l’autorisation d’une poursuite en matière de violences à caractère sexuel. La ligne est en service du lundi au vendredi de 8 h 30 à 12 h et de 13 h à 16 h 30.

Le Réseau des CAVAC rappelle que les personnes victimes peuvent appeler du lundi au vendredi de 8h30 à 16h30 au numéro sans frais, 1 866 LE CAVAC (532-2822), pour avoir accès à des services d'intervention psychosociale et post-traumatique accessibles dans toutes les régions du Québec.

Pour consulter le calendrier complet de la tournée de la Caravane #MoiAussi, visitez le site internet dédié ou écrivez au [email protected].

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.