Publicité
6 octobre 2019 - 06:00

Réseau et connectivité cellulaire

Le C2T3 au coeur du développement de la 5G

Par Salle des nouvelles

Le Centre collégial de transfert de technologie en télécommunications (C2T3) établira cet automne un centre d'accès aux technologies de télécommunications 5G et de pré-certification de produits 5G.

Ce type de connexion ne devrait être exploitée qu'au début de l'année 2021. Mais le but de la manoeuvre est de faire progresser d'ores et déjà le développement et la commercialisation des technologies sans fil de cinquième génération.

L'initiative du C2T3 bénéficie d’une importante subvention sur cinq ans accordée par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), qui promeut et soutient l’innovation dans les collèges et la communauté pour les entreprises locales innovantes et les
grands acteurs du secteur technologique.

Réalisation des activités au Parc Micro Sciences

Les activités seront réalisées dans les laboratoires du C2T3 situés au Parc Micro Sciences de Trois-Rivières. Le centre d'accès aux technologies de télécommunications 5G et de pré-certification de produits 5G aidera à faire le pont entre le potentiel conceptuel de la technologie 5G et celui de la commercialisation.

Les réseaux sans fil 5G devraient transporter beaucoup plus de trafic de données que les réseaux 4G actuels, ouvrant un plus grand éventail d'utilisations pour la collecte et la transmission d'informations par l'entremise d'appareils connectés.

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.