Publicité
24 septembre 2019 - 10:00 | Mis à jour : 10:02

Université du Québec à Trois-Rivières : un nouveau service en place contre les violences sexuelles

Par Salle des nouvelles

L’Université du Québec à Trois-Rivières a présenté sa nouvelle politique et son nouveau service d’aide visant à prévenir et à combattre les violences à caractère sexuel, hier, devant les membres de la communauté universitaire.

Le nouveau slogan Ensemble pour un milieu sans violence à caractère sexuel illustre la volonté de l’UQTR de devenir un exemple dans la lutte contre cette problématique. En vigueur depuis le 1er août 2019, cette politique a été instaurée conformément à la Loi visant à prévenir et à combattre les violences à caractère sexuel dans les établissements d’enseignement supérieur (RLRQ, c. P-22.1).

Cette loi prévoit l’obligation d’adopter une politique ayant pour objectif de prévenir et de combattre les violences à caractère sexuel. Cette politique inclut un code de conduite que toutes les personnes ayant une relation pédagogique ou d’autorité doivent respecter si elles entretiennent des liens intimes, tels qu’amoureux ou sexuels, avec un membre de la communauté universitaire. Elle comprend également un encadrement ayant pour objectif d’éviter toute situation où ces liens et relations pourraient nuire à l’objectivité et l’impartialité, ou favoriser l’abus de pouvoir et la violence à caractère sexuel.

Au service d'aide, des informations et ressources pour tous

Les membres de la communauté universitaire sont invités à consulter le site afin de consulter la politique et connaître les nombreuses ressources mises à leur disposition. De son côté, le nouveau service d'aide visant à prévenir et à combattre les violences à caractère sexuel a pour mandat de soutenir les personnes dans la recherche d’information ou des ressources en  fonction de leur situation.

Situé sur le campus de Trois-Rivières, ce service d’aide est offert par le Centre d’aide et de lutte contre les violences à caractère sexuel (Calacs) de Trois-Rivières. Une intervenante spécialisée accueille et accompagne les personnes sans jugement.

Pour contacter le service, il suffit d’appeler aux numéros 819 376-5011 poste 5076 et 819 376-5076, ou d’écrire à l'adresse [email protected]

« Nous sommes soucieux d’offrir un milieu de travail et d’étude sécuritaire et stimulant, où les membres de la communauté universitaire peuvent s’épanouir pleinement, tant sur le plan  professionnel que personnel. Nous avons à cœur le bien-être de nos collègues et de nos étudiants, afin que leur expérience à l’UQTR soit agréable et enrichissante », a souligné M. Olivier Malo, vice-recteur aux ressources humaines de l’UQTR.

Il ne s’agit pas d’une première mesure prise par l’UQTR pour prévenir et combattre les violences à caractère sexuel. Dès 2001, l’Université s’est dotée de sa Politique visant à prévenir et enrayer toute forme de harcèlement, de discrimination et d’incivilité. En 2017, elle adoptait la Politique de prévention et de traitement des plaintes, qui comprenait la création du Bureau de prévention et de traitement des plaintes (BPTP), ainsi que le poste de protecteur universitaire.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.