Publicité
22 septembre 2019 - 16:00

Tour cycliste DPTR

Quatre policières de la Direction de la police de Trois-Rivières parcourront une distance de 230 kilomètres

Par Salle des nouvelles

Les 23 et 24 septembre prochains, quatre policières de la Direction de la police de Trois-Rivières parcourront une distance de 230 kilomètres séparant la ville de Repentigny et de Saint-Augustin-de-Desmaures. 

L’événement est né d’une passion commune pour le vélo, que partagent les quatre policières, Mélissa Généreux, Kristina Bouchard, Geneviève St-Yves et Lucy Mercier. Cette passion pour le sport leur permet de maintenir l’équilibre physique et mental requis dans l’accomplissement de leur fonction professionnelle de policière. Soucieuses de donner un appui à une cause sociale, elles ont décidé de joindre l’utile à l’agréable en réalisant ce premier défi sportif au profit du Fonds Jean-Pierre-Petit, celui qui est destiné à l’acquisition d’équipements de pointe pour le service de neurologie et le service de neurochirurgie du Centre hospitalier affilié universitaire régional de Trois-Rivières. 

Le choix fut facile à faire compte tenu que Jean-Pierre était un collègue de travail apprécié de tous ainsi qu’un sportif émérite, décédé malheureusement trop jeune, à 43 ans, des suites d’un cancer du cerveau. 

C’est donc avec une fierté d’appartenir au corps policier trifluvien, mais également de soutenir une cause locale que les quatre policières s’élanceront sur leurs montures respectives, lundi le 23 septembre prochain. Pour ceux qui seraient intéressés à contribuer par un don volontaire, vous n’avez qu’à cliquer sur le lien suivant : https://www.jedonneenligne.org/fondationrstr/DC2019/ 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.