Publicité
22 septembre 2019 - 09:00

Une journée marquante pour J’ai mon appart’ à l’Assemblée nationale

Par Salle des nouvelles

Madame Marie-Louise Tardif, députée de Laviolette−Saint-Maurice à l’Assemblée nationale et adjointe parlementaire du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs (volet forêts), a invité les membres du conseil d’administration du projet J’ai mon appart’, accompagnés de futurs bénéficiaires, afin de leur rendre hommage et de leur présenter des membres de la députation, le mardi 17 septembre.

Le groupe travaille sans relâche pour la construction de 12 logements supervisés pour des adultes vivant avec une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme.

Mme Tardif a profité de leur visite au Salon bleu pour rendre un vibrant hommage aux représentants de ce projet porteur d’un important changement social.

« Il était important pour moi de leur rendre hommage pour tout le travail qu’ils font en plus de permettre au maximum de députés et ministres de connaitre leur projet. Leur action contribue à donner une juste chance à nos concitoyens plus vulnérables », a déclaré la députée de Laviolette–Saint-Maurice.

C’est ainsi que les sept visiteurs ont pu prendre le repas du midi en compagnie de leur députée qui avait aussi eu la délicatesse d’inviter sa collègue Jennifer Maccarone, députée de Westmount–Saint-Louis, qui a pris part aux discussions avec enthousiasme. Mme Maccarone est touchée de près par la question puisqu’elle est la mère de deux enfants autistes de 16 et 18 ans.

Mme Tardif a aussi permis à l’organisme de discuter de son projet avec le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, M. Jean-François Roberge ainsi qu’avec la ministre de la Santé et des Services sociaux, Mme  Danielle Mc Cann. Marie-Christine Morand et Félix Lapointe, deux locataires potentiels du projet, ont participé activement aux conversations avec les autres députés et ministres qui sont aussi venus à la rencontre du groupe.

« Nous avons senti au cours de cette journée une préoccupation sincère des élus. C’est plein d’espoir. Nos enfants ont grandi en recevant des services de réadaptation. Ils sont aujourd’hui prêts et capables de vivre en appartement. Voilà pourquoi il faut intégrer le modèle d’appartements supervisés dans le continuum des services offerts », explique Mme Michèle Lafontaine, présidente et instigatrice de J’ai mon appart’.

Le dossier progresse bien pour l’obtention d’un financement récurrent qui permettra d’offrir des services adaptés aux futurs locataires de ce projet novateur inscrit au programme AccèsLogis de la Société d’habitation du Québec.

Le coût de la construction est estimé à 2,8 millions de dollars dont 1,2 million doit provenir de la contribution du milieu. J’ai mon appart’ a déjà amassé 40 % de cette somme par le biais de diverses activités de financement.

Ascension du mont Albert

Marie-Louise Tardif a choisi de s’impliquer personnellement dans cette campagne de souscription populaire. Grâce à l’initiative de la Fondation La Canopée, elle sera du nombre de l’équipe des Geais Gris de Félix Lapointe et de six autres personnes qui feront l’ascension du difficile mont Albert, dans le Parc de la Gaspésie, le 28 septembre prochain.

Jusqu’ici, les Geais Gris ont amassé plus 12 000 $ auprès de divers commanditaires, dépassant leur objectif initial par plus de 600 %! Mme Tardif profite de l’occasion pour remercier ses propres supporters, dont de nombreux collègues députés qui ont apporté leur soutien financier.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.