Publicité
13 septembre 2019 - 11:30

Ce montant fait partie des 2 150 000 $ engagés sur 3 ans (2018 à 2021) pour le développement d’initiatives pour les proches aidants d’aînés

L’Appui Mauricie investit 800 000 $ pour le développement de services aux proches aidants d’aînés de la région

Par Salle des nouvelles

L’Appui Mauricie était fier d’annoncer récemment le financement de 17 projets pour les proches aidants d’aînés totalisant un investissement d’environ 800 000$ pour l’année 2019-2020.

Ce montant fait partie des 2 150 000 $ engagés sur 3 ans (2018 à 2021) pour le développement d’initiatives pour les proches aidants d’aînés. Grâce à ces fonds, l’Appui Mauricie, par le biais des organismes régionaux, souhaite octroyer cette année 12 250 heures d’intervention et rejoindre 3050 proches aidants d’aînés. Ces derniers auront accès à des services d’information, de formation, de soutien psychosocial et de répit.

« Les proches aidants ont tous des besoins différents et spécifiques, d’où l’importance de pouvoir offrir des ressources de proximité variées et adaptées à leur réalité », a souligné Christine Gagné, administratrice de l’Appui Mauricie.

Un bilan positif pour l’Appui Mauricie

En 2018-2019, ce sont 2 625 proches aidants qui ont reçu 7 200 heures d’intervention pour divers services. Depuis les dernières années, l’investissement pour le développement des services aux aidants de la Mauricie ne fait que croître. En effet, en 2015-2016, ce sont 337 000 $ qui ont servi au développement des services pour les aidants de la région. Ces fonds se sont accrus pour atteindre en 2018-2019, 607 000 $. Cette progression est due au fait que les services financés sont de plus en plus structurés et de plus en plus connus de la population. La demande croît et les services s’adaptent.

Défis à venir

« Même si les services ne font que croître, il faut continuer à travailler pour rejoindre davantage d’aidants en Mauricie. Les aidants peinent encore à se reconnaître ou à accepter de l’aide malgré qu’on en parle de plus en plus », a indiqué Pierre Morissette, président de l’Appui Mauricie.

Pour 2019-2020, l’Appui Mauricie s’est ainsi donné 3 défis à relever :

  • Rejoindre davantage les hommes proches aidants, car bien qu’ils représentent 42 % des proches aidants[1], ils ne représentent que 18 % de ceux ayant bénéficié des services financés;
  • Rejoindre les proches aidants qui ont entre 45 et 65 ans, car bien qu’ils représentent la majorité des aidants (55 %)[2], ce sont ceux de 65 ans et plus qui ont majoritairement bénéficié des services financés (63 %;)
  • Augmenter l’offre de service en soutien psychosocial et en répit, car même si les activités d’information sont importantes pour rejoindre et sensibiliser les aidants au début de leur parcours, il importe de privilégier des services qui auront un impact à plus long terme sur le bien-être des aidants.

Les proches aidants

Au Québec, 1,5 million[3] de personnes offrent au moins une heure de soin à un proche par semaine. Cela représente environ 1 personne sur 4. Pour remplacer les heures effectuées par les proches aidants au Canada, il en coûterait entre 4 et 10 milliards de dollars par an. Le défi est que peu de proches aidants se considèrent comme tels. Ils ont donc tendance à tarder avant de demander de l’aide. « C’est moi qui aide, ce n’est pas moi qui ai besoin d’aide », ou encore « C’est naturel, c’est mon conjoint, ma mère, mon frère… » sont des phrases que l’on entend trop souvent.

« Dans un avion, on recommande aux gens de mettre leur masque d’oxygène avant d’aider les autres. C’est le même conseil que l’on souhaite transmettre aux proches aidants : pour être en mesure de prendre soin des autres, tenez compte de vos besoins », a affirmé la directrice générale de l’Appui Mauricie, Florence Pauquay.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.