Publicité
24 août 2019 - 09:00

Changement au règlement municipal relatif au Festival western de Saint-Tite

Muselière obligatoire pour les chiens de plus de 9 kg à l’intérieur du mail piétonnier

Par Salle des nouvelles

La Ville de Saint-Tite a adopté, en juin dernier, un amendement à son règlement municipal encadrant la présence des chiens sur une partie de son territoire lors du Festival western de Saint-Tite, qui se tiendra du 6 au 15 septembre 2019. 

Cet amendement (465-2019) au règlement 413-2017 relatif à l’administration et à la gestion de l’événement spécial du Festival western de Saint-Tite stipule que dans le mail piétonnier (voir les rues en rouge sur le plan), le gardien d’un chien de plus de 9 kg (20 livres) doit obligatoirement lui faire porter une muselière, en plus de le tenir en laisse. 

À noter que le Festival western de Saint-Tite est un événement qui attire plus de 600 000 personnes. La foule, le bruit et la présence d’autres animaux sont tous des facteurs qui peuvent affecter le comportement des chiens. C’est pourquoi, par prévention, la Ville souhaite assurer la sécurité de ses citoyens, de ses festivaliers et de tous les animaux par ce changement de règlement, à l’instar d’autres municipalités du Québec. 

La Ville de Saint-Tite remercie à l’avance ses citoyens ainsi que les festivaliers pour leur collaboration. Quant au Festival western de Saint-Tite, celui-ci tiendra cette année sa 52e édition.

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.