Publicité
13 août 2019 - 09:00

Défi qui s'étendra à l'échelle provinciale

En septembre, on mange 100 % local

Par Salle des nouvelles

Pour sa cinquième édition, le Défi 100 % local atteint de nouveaux sommets. Cette initiative, qui a pris naissance aux Îles-de-la-Madeleine, s’étendra en 2019 à tout le territoire québécois. Pendant tout le mois de septembre, les Québécois sont invités à manger le plus de produits locaux possible.

Dans le cadre de cette démarche provinciale, différentes activités seront mises en branle dans plusieurs régions du Québec dès le 1er septembre. Le Défi 100 % local est coordonné niveau national par le Bon goût frais des Îles-de-la-Madeleine et chaque Table de concertation bioalimentaire, présente dans chaque région s’affaireront à organiser les différents rendez-vous automnaux.

On mange local du 1er au 30 septembre

Se déroulant pendant un moment de l’année où le terroir offre une abondance et une diversité sans pareilles, certains y verront l’occasion de relever l’ultime défi, soit celui de consommer exclusivement des produits régionaux durant le mois entier.

En plus d’un partenariat entre 14 organisations régionales, le Défi 100 % local peut aussi compter sur le support de plusieurs partenaires qui ont à cœur la valorisation des produits locaux et de l’achat de proximité.

Porté par le regroupement des Tables de concertation bioalimentaire du Québec (TCBQ), le Défi 100 % local, qui rencontre toujours plus de succès dans son déploiement, prouve qu’il est possible de faire de grandes choses lorsque nous travaillons collectivement. En souhaitant mettre de l’avant les particularités de chacune des régions québécoises et la proximité des artisans alimentaires.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.