Publicité
27 février 2019 - 14:03 | Mis à jour : 14:20

Un premier engagement dans le cadre de sa campagne électorale.

Jean-François Aubin s’engage à doter Trois-Rivières d’un système de transports collectifs moderne et efficace

Par Salle des nouvelles

Le candidat à la mairie de Trois-Rivières, Jean-François Aubin, a rendu public un premier engagement dans le cadre de sa campagne électorale. Il promet aux citoyens que Trois-Rivières se dotera dans les années à venir d’un système de transports collectifs efficace, en adéquation avec les besoins des Trifluviennes et Trifluviens. Tout en reconnaissant que beaucoup de travail a été fait au cours des dernières années pour améliorer le transport en commun, M. Aubin souligne qu’il y a encore un important progrès à réaliser, tant en ce qui concerne les autobus que le covoiturage et l’autopartage.

 

Remettre l’autobus au goût du jour

« La demande la plus importante des citoyens est d’augmenter la fréquence des autobus. Les gens trouvent que c’est encore trop long de se déplacer d’un point à l’autre dans la ville. Nous devons, à terme, mettre en place des horaires d’autobus aux 15 minutes sur les grands trajets urbains et augmenter la fréquence sur les autres. Cela deviendra de plus en plus intéressant et convivial de prendre l’autobus. Surtout qu’on sait que c’est un moyen de transport privilégié par les étudiants, les ainés et plusieurs travailleurs. C’est d’ailleurs une demande non seulement de la population mais des entreprises trifluviennes qui croient que ce sera un facteur facilitant pour le recrutement de main-d’œuvre. Trois-Rivières mérite un réseau de transports collectifs efficace et accessible à la grandeur de son territoire. », affirme Jean-François Aubin.

Faciliter le covoiturage et l’autopartage

Des stationnements incitatifs seront également développés dans différents endroits dans la ville pour encourager le covoiturage et l’utilisation de l’autobus. De plus, un système d’autopartage sera mis en fonction pour répondre aux besoins de ceux qui n’ont pas besoin d’une voiture quotidiennement. « Si on veut attirer des travailleurs dans notre ville pour pourvoir des postes vacants, cela passe notamment par une offre multimodale en transport. C’est également un moyen très concret de lutter contre les changements climatiques en offrant des alternatives à l’auto solo. », ajoute M. Aubin.

Pour arriver à financer cet engagement, le candidat à la mairie veut aller cogner à la porte du gouvernement du Québec. « Si on regarde tout l’argent investi en transport en commun à Montréal et à Québec, il est évident que nous n’avons pas notre part. Nous allons donc travailler avec nos députés pour aller chercher davantage de financement et passer du rêve à la réalité. » Si on tient compte de l’achalandage supplémentaire que ce nouveau système de transports collectifs va générer, il faudra entre 3 et 5 millions $ pour réaliser ce projet. M. Aubin assure que cela se fera par étape et sans entraîner d’augmentation de taxes.

Une perspective tournée vers l’avenir

« Nous allons travailler main dans la main avec la Société de Transport de Trois-Rivières, avec nos députés et les autres acteurs du transport et nous doter d’un service de qualité. Trois-Rivières mérite de devenir une ville où il est facile de se déplacer autrement, en offrant des transports collectifs efficaces, modernes, accessibles et abordables. » conclut le candidat à la mairie.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.