Publicité
19 février 2019 - 07:00

Conseils de prévention du SPVM

Le « kidnapping virtuel » : un stratagème d'extorsion désormais présent à Montréal

Par Salle des nouvelles

L'Équipe Cyberenquête de la Section des crimes technologiques du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) fait appel à la vigilance de la population montréalaise concernant un stratagème d'extorsion de plus en plus fréquent au Canada: le « kidnapping virtuel. »

Ce n'est pas un nouveau phénomène, mais il a fait plusieurs victimes au cours des deux dernières années au pays, notamment à Vancouver, et est apparu à Montréal il y a quelques mois. Par sa nature, les victimes de ce stratagème sont des étudiants internationaux et particulièrement des étudiants d'origine chinoise qui ont des membres de leur famille qui habitent encore la Chine.

Description du phénomène

Le « kidnapping virtuel » est un stratagème d’extorsion qui consiste à faire croire aux victimes qu’elles ou leurs proches sont en danger. Il peut s'expliciter en deux étapes.

1re étape

La victime reçoit un appel automatisé en mandarin semblant provenir du Consulat Général de la République populaire de Chine qui l'invite à rappeler un représentant du gouvernement ou un policier par rapport à son implication dans une enquête en Chine. La victime se fait alors convaincre de verser une somme d'argent considérable afin d'être innocentée. Cette étape s'échelonne habituellement sur plusieurs jours pour entraîner la victime à effectuer de nombreux versements aux suspects.

2e étape

La victime est ensuite manipulée afin de mettre en scène son propre enlèvement. Les suspects lui demandent même de produire une vidéo. Elle doit alors louer une chambre d'hôtel en argent comptant, s'y rendre et éviter toute interaction sur les médias sociaux ou avec la police, sous peine de représailles envers sa famille en Chine. La victime reste en contact permanent avec les suspects. Ceux-ci communiquent avec la famille et leur envoient la vidéo en leur expliquant que leur enfant a été enlevé afin de leur soutirer de l’argent.

Indices pour détecter qu'il peut s'agir d'une extorsion

- Les interlocuteurs vous retiennent en ligne pour un long moment et ne veulent pas que vous raccrochiez le téléphone; 

- On exige de vous de ne parler de cet appel à personne; 

- On vous demande de quitter immédiatement votre maison, votre travail ou votre classe et de vous préparer des bagages en ne donnant aucune explication, et ce, sans avertir vos proches. Veuillez noter qu'un corps de police ne vous obligera jamais à entreprendre une action sans avertir un proche et sans prendre le temps d'obtenir des conseils juridiques; 

Quelques conseils de prévention

- Si le numéro de téléphone semble provenir d'une instance gouvernementale officielle étrangère, malgré la pression imposée des suspects, faites des vérifications sur leur site Internet avant de poser quelque action que ce soit; 

- Informez immédiatement les autorités policières en communiquant avec le 911 ou en vous rendant à votre poste de quartier. Pour communiquer de l’information de façon confidentielle et anonyme : Info-Crime Montréal au 514 393-1133 ou en ligne; 

- Conservez le numéro de téléphone ou toute autre information qui vous a été transmise jusqu'à ce que vous ayez reçu des consignes claires d'un policier; 

- Si on vous appelle pour vous informer qu'un de vos proches a été victime d'un tel kidnapping, n'envoyez pas d'argent immédiatement, contactez plutôt le 911 ou rendez-vous à votre poste de quartier local;  

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.