Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
30 novembre 2018 - 09:46

Je marche vers mon avenir: lancement officiel de la Fondation

C’est au rythme du chant des petits enfants atikamekw que les activités de la Fondation Nikanik nit ici matcan Je marche vers mon avenir ont été lancées hier à Trois-Rivières.

 En présence des chefs des communautés Atikamekw, ainsi que des dignitaires et des élus de la région qui s’étaient déplacés pour l’occasion, MM. Martial Awashish, président de la Fondation, Constant Awashish, grand chef de la Nation atikamekw, et Ghislain Picard, chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL) ainsi que Mme Sylvie D’Amours, ministre responsable des Affaires autochtones, ont tour à tour rappelé l’importance de soutenir les initiatives permettant aux enfants d’atteindre leur plein potentiel.

 « La Fondation Je marche vers mon avenir a bien compris que les enfants sont le bien le plus précieux que toute nation possède et qu’il en va de la responsabilité collective d’en prendre soin. C’est pourquoi l’équipe de la Fondation, des Atikamekw et des Québécois, se sont réunis afin de tout mettre en œuvre pour aider les petits de 0 à 5 ans et leur famille », a déclaré M. Martial Awashish, président de la Fondation.

 On le sait, les conditions de vie dans les communautés atikamekw sont difficiles et les enfants en bas âge et leur famille sont les premiers à être affectés par les problèmes socioéconomiques et l’isolement. Pourtant, les Atikamekw entrevoient l’avenir avec optimisme et on assiste en ce moment à un véritable « baby-boom » au sein de la Nation. Seulement dans les trois communautés de Manawan, d’Opitciwan et de Wemotaci, on compte plus de 1000 enfants âgés de 0 à 5 ans.

 Ainsi, c’est à l’initiative des directrices des trois centres de la petite enfance (CPE) atikamekw, après qu’elles aient constaté que le tiers seulement des enfants bénéficiait des services professionnels des CPE, et entourées de gens qui voulaient faire la différence et soutenir les tout-petits, que la Fondation a été mise sur pied. Cette dernière aura pour mission d’appuyer les familles et les organismes en place pour combler des besoins de base (nourriture et vêtements) des enfants et offrir des mesures éducatives, du matériel d’apprentissage ainsi que des services professionnels. La Fondation veut ainsi permettre à chaque enfant d’atteindre ses rêves et de s’épanouir, physiquement et psychologiquement.

 « Lorsqu’il est question des enfants, il ne faut rien négliger pour les aider à atteindre leur plein potentiel de développement. Ils représentent l’avenir de notre Nation! Je suis fier des initiatives qui sont faites pour venir en aide aux petits atikamekw et leur famille. J’invite les organisations qui sont amies des enfants et des Atikamekw à observer et soutenir ce type d’initiative », a déclaré M. Constant Awashish, grand chef de la Nationatikamekw.   

 « La réconciliation entre nos peuples devient un lieu de rencontre pour des initiatives qui invitent à la collaboration entre Premières Nations et Québécois. La Fondation Je marche vers mon avenir répond à cet appel et nous permet de travailler ensemble à la réalisation de projets communs. Je tiens à remercier celles et ceux qui collaborent à la réalisation de ce beau projet », a pour sa part souligné M. Ghislain Picard, chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL).

 « Nous devons comme société, travailler à protéger et accompagner les tout-petits dans un présent et vers un avenir qui leur garantit des conditions optimales de développement de leur potentiel humain. Et cela doit être accompli tout en respectant leur culture et leur langue propres. La mission de la Fondation Je marche vers mon avenir rejoint ces objectifs », a conclu Mme Sylvie D’Amours, ministre responsable des Affaires autochtones du Québec.

 UN DON IMPORTANT POUR LA FONDATION

 La mise en œuvre de la mission et l’atteinte des objectifs de la Fondation seraient évidemment impossibles sans appui financier. À ce titre, l’entreprise Produits forestiers Résolu, qui est partenaire du Conseil d’Opitciwan en matière d’exploitation d’une scierie dans la communauté, s’est démarquée comme véritable leader du développement social et culturel des communautés Atikamekw en profitant du lancement de la Fondation pour annoncer un don majeur de 25 000 $.

 Au moment de faire son annonce, le président du conseil d’administration de la coentreprise de la scierie d’Opitciwan, M. Ken St-Gelais, a rappelé l’importance de l’implication sociale pour l’entreprise tout en soulignant la détermination de Produits forestiers Résolu à poursuivre le développement de relations solides et constructives avec leurs partenaires des Premières Nations dans les communautés où ils ont des opérations.

 C’est au rythme du chant des petits enfants atikamekw que les activités de la FondationNikanik nit ici matcan Je marche vers mon avenir ont été lancées aujourd’hui à Trois-Rivières.

 En présence des chefs des communautés Atikamekw, ainsi que des dignitaires et des élus de la région qui s’étaient déplacés pour l’occasion, MM. Martial Awashish, président de la Fondation, Constant Awashish, grand chef de la Nation atikamekw, et Ghislain Picard, chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL) ainsi que Mme Sylvie D’Amours, ministre responsable des Affaires autochtones, ont tour à tour rappelé l’importance de soutenir les initiatives permettant aux enfants d’atteindre leur plein potentiel.

 « La Fondation Je marche vers mon avenir a bien compris que les enfants sont le bien le plus précieux que toute nation possède et qu’il en va de la responsabilité collective d’en prendre soin. C’est pourquoi l’équipe de la Fondation, des Atikamekw et des Québécois, se sont réunis afin de tout mettre en œuvre pour aider les petits de 0 à 5 ans et leur famille », a déclaré M. Martial Awashish, président de la Fondation.

 On le sait, les conditions de vie dans les communautés atikamekw sont difficiles et les enfants en bas âge et leur famille sont les premiers à être affectés par les problèmes socioéconomiques et l’isolement. Pourtant, les Atikamekw entrevoient l’avenir avec optimisme et on assiste en ce moment à un véritable « baby-boom » au sein de la Nation. Seulement dans les trois communautés de Manawan, d’Opitciwan et de Wemotaci, on compte plus de 1000 enfants âgés de 0 à 5 ans.

 Ainsi, c’est à l’initiative des directrices des trois centres de la petite enfance (CPE) atikamekw, après qu’elles aient constaté que le tiers seulement des enfants bénéficiait des services professionnels des CPE, et entourées de gens qui voulaient faire la différence et soutenir les tout-petits, que la Fondation a été mise sur pied. Cette dernière aura pour mission d’appuyer les familles et les organismes en place pour combler des besoins de base (nourriture et vêtements) des enfants et offrir des mesures éducatives, du matériel d’apprentissage ainsi que des services professionnels. La Fondation veut ainsi permettre à chaque enfant d’atteindre ses rêves et de s’épanouir, physiquement et psychologiquement.

 « Lorsqu’il est question des enfants, il ne faut rien négliger pour les aider à atteindre leur plein potentiel de développement. Ils représentent l’avenir de notre Nation! Je suis fier des initiatives qui sont faites pour venir en aide aux petits atikamekw et leur famille. J’invite les organisations qui sont amies des enfants et des Atikamekw à observer et soutenir ce type d’initiative », a déclaré M. Constant Awashish, grand chef de la Nationatikamekw.   

 « La réconciliation entre nos peuples devient un lieu de rencontre pour des initiatives qui invitent à la collaboration entre Premières Nations et Québécois. La Fondation Je marche vers mon avenir répond à cet appel et nous permet de travailler ensemble à la réalisation de projets communs. Je tiens à remercier celles et ceux qui collaborent à la réalisation de ce beau projet », a pour sa part souligné M. Ghislain Picard, chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL).

 « Nous devons comme société, travailler à protéger et accompagner les tout-petits dans un présent et vers un avenir qui leur garantit des conditions optimales de développement de leur potentiel humain. Et cela doit être accompli tout en respectant leur culture et leur langue propres. La mission de la Fondation Je marche vers mon avenir rejoint ces objectifs », a conclu Mme Sylvie D’Amours, ministre responsable des Affaires autochtones du Québec.

 UN DON IMPORTANT POUR LA FONDATION

 La mise en œuvre de la mission et l’atteinte des objectifs de la Fondation seraient évidemment impossibles sans appui financier. À ce titre, l’entreprise Produits forestiers Résolu, qui est partenaire du Conseil d’Opitciwan en matière d’exploitation d’une scierie dans la communauté, s’est démarquée comme véritable leader du développement social et culturel des communautés Atikamekw en profitant du lancement de la Fondation pour annoncer un don majeur de 25 000 $.

 Au moment de faire son annonce, le président du conseil d’administration de la coentreprise de la scierie d’Opitciwan, M. Ken St-Gelais, a rappelé l’importance de l’implication sociale pour l’entreprise tout en soulignant la détermination de Produits forestiers Résolu à poursuivre le développement de relations solides et constructives avec leurs partenaires des Premières Nations dans les communautés où ils ont des opérations.


Pour obtenir plus d’informations au sujet de la Fondation ou pour soutenir sa mission, visitez le www.jemarcheversmonavenir.org

 
 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.