Publicité
12 novembre 2018 - 12:26 | Mis à jour : 12:30

Entente de principe à Saint-Boniface

Jeudi dernier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des municipaux de Saint-Boniface (CSN) se sont prononcés à 93 % en faveur de l’entente de principe pour le renouvellement de la convention collective qui arrivait à échéance le 31 décembre 2018.

Le passé n’est pas toujours garant de l’avenir

On se souviendra, effectivement, que l’ancienne administration municipale avait étiré les pourparlers pendant une période de trois ans lors du renouvellement de la convention précédente, à grands frais d’ailleurs. Cette fois-ci, la municipalité et le syndicat ont décidé de négocier rapidement. La négociation s’est faite en moins d’une semaine à la satisfaction des parties.

Il en résulte une convention de 5 ans, du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2023, qui permettra notamment de donner la chance aux salariés saisonniers estivaux de continuer à travailler pendant la saison hivernale. Ces derniers auront désormais un horaire de travail qui comporte plusieurs garanties en ce qui concerne les heures de travail par semaine ainsi qu’un nombre de semaines garanties pour l’hiver.

Il s’agit d’un grand pas pour les travailleurs saisonniers puisqu’ils pourront pratiquement travailler à l’année. C’en est un également pour la municipalité qui économisera considérablement en évitant désormais les contrats de sous-traitance qui étaient beaucoup plus onéreux pour les citoyens.

Au chapitre des salaires, des augmentations sont prévues à la convention, avec une hausse de 2 % pour chacune des trois premières années et de 1,8 % pour chacune des deux dernières années d’application du contrat de travail.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.