Publicité

30 novembre 2021 - 12:00

Inspiré du Recovery College implanté dans 22 pays

Santé mentale : un nouveau modèle de formation développé par l’UQTR

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Après avoir connu un vif succès depuis septembre 2020 grâce à plus de 50 formations offertes à 600 apprenants, le Centre d’apprentissage Santé et Rétablissement (CASR) de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), spécialisé en santé mentale et mieux-être, s’apprête à accueillir une clientèle encore plus large.

Il a dévoilé le calendrier des formations de la session d’hiver 2022.

Inspiré du modèle Recovery College implanté dans 22 pays, dont l’Angleterre et l’Australie, le CASR est le tout premier centre francophone du genre au Canada. Il met de l’avant une approche d’éducation populaire où toute personne a accès gratuitement à des formations sur le mieux vivre-ensemble, ainsi que le mieux -être individuel et collectif. Le savoir expérientiel est au cœur des activités de formation.

L’expertise de tous les apprenants, peu importe leur diplôme et leur statut professionnel, est mobilisée à travers des méthodes actives d’apprentissage. Les activités sont coanimées par une dyade de formateurs dont l'un détient un savoir expérientiel (issu de l'expérience de vie) et l'autre possède une expertise clinique ou théorique.

« Les apprenants inscrits aux différentes formations ont pour point commun de vouloir apprendre et échanger sur le bien-être et la santé mentale. Ils proviennent de domaines très différents pour assurer une mixité des expertises et expériences au sein d’un même groupe d’apprentissage. Chaque groupe est composé de professionnels de la santé, d’étudiants, de personnes en rétablissement, de proches aidants, d’intervenants du réseau de l’éducation, de gestionnaires ou encore de gens simplement curieux d’en apprendre sur le sujet. Ces différences de parcours personnels et professionnels viennent enrichir les échanges et c’est l’un des aspects qui nous démarque des autres centres », explique Catherine Briand, professeure au Département d’ergothérapie de l’UQTR et responsable de la mise sur pied du CASR.

Calendrier des nouvelles formations

Le Centre prépare activement sa rentrée hivernale pour laquelle des places sont disponibles. La gestion du stress, la résilience, l’anxiété de performance, la stigmatisation, la dépression, la motivation et le sens au travail et, les attitudes alimentaires ne sont que quelques-unes des nombreuses thématiques qui seront abordées.

Le calendrier complet des formations et le contenu de celles-ci sont disponibles sur le site www.santeretablissement.com.

Toutes les formations du Centre d’apprentissage Santé et Rétablissement sont offertes en ligne, ce qui permet de maintenir les activités malgré la situation sanitaire actuelle et de joindre des participants dans toute la francophonie.

Les plus récents assouplissements permettront le retour de quelques activités en présentiel à l’hiver et au printemps 2022.

Un format qui a fait ses preuves

Fort du succès récolté au cours de ses 18 premiers mois d'existence, le CASR prévoit rejoindre 1000 apprenants d’ici mars 2022. Une quinzaine de partenaires, dont des CIUSSS, des établissements d’enseignement et des associations professionnelles et communautaires reconnaissent la crédibilité du centre en soutenant ses activités.

Plusieurs participants et formateurs invités ont particulièrement apprécié la formule révolutionnaire du Recovery College. Un récent sondage démontre un taux d’appréciation exceptionnel de 95 % concernant les formations suivies.

De plus, 84 % des répondants recommanderaient la formation suivie au CASR à une personne de leur entourage. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.