Publicité

24 novembre 2021 - 14:23

L’importance du dépistage sera également un élément mis de l'avant

Journée mondiale du sida : Tandem Mauricie va informer pour déstigmatiser

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

C’est le 1er décembre prochain que se tiendra la Journée mondiale du sida et cette année, la sensibilisation et la déstigmatisation seront au cœur des activités de Tandem Mauricie entourant cette journée visant à clarifier les mythes et les préjugés au sujet du VIH / SIDA.

L’importance du dépistage sera également un élément important mis de l’avant par l’équipe.

De mars 2020 à janvier 2021, la COVID-19 a menacé l’accès au dépistage et au traitement du VIH, ce qui pourrait éventuellement engendrer une résurgence des ITSS (infections transmissibles sexuellement et par le sang).

« Dans la dernière année, la pandémie a forcé un délestage dans le système de santé et cela a eu des répercussions au niveau des dépistages des ITSS et du VIH, puisque ce service a été interrompu pendant près de dix mois. Maintenant que les services sont revenus à la normale depuis quelques mois, nous surveillons la situation de près pour voir quelles seront les répercussions », explique Caroline Gravel, directrice adjointe de Tandem Mauricie.

Elle souligne d’ailleurs que le dépistage du VIH est d’une grande importance.

« Les gens sous-estiment parfois le dépistage, alors qu’il est un excellent moyen de mieux prendre soin de sa santé. Il faut bien comprendre que connaître son statut VIH est une première étape importante pour déterminer quelles méthodes de prévention utiliser. Les tabous sont encore bien présents de nos jours, malgré les avancées scientifiques, et il est essentiel de rappeler que le statut soit positif ou négatif, il existe plusieurs façons d’éviter de transmettre ou de contracter le VIH. »

Cliniques de santé sexuelle

En Mauricie, il existe plusieurs cliniques de santé sexuelle. À Trois-Rivières, notons Tandem Mauricie (1493, rue Laviolette) et les Centres multiservices de santé et de services sociaux Saint-Joseph (731, rue Sainte-Julie) et Cloutier (155, rue Toupin).

D’autres cliniques sont présentes à Shawinigan, Louiseville, La Tuque, Saint-Tite et Sainte-Geneviève-de-Batiscan. Ces lieux de dépistage sont disponibles sur rendez-vous.

Par ailleurs, Caroline Gravel se réjouit que les progrès scientifiques des dernières années aient porté fruit. En effet, 90 % des personnes vivant avec le VIH ont une bonne adhérence au traitement et ont une charge virale indétectable, ce qui signifie que bien que le virus soit toujours présent, la charge virale dans le sang est si basse qu’elle ne peut être détectée, donc intransmissible.

Cette affirmation a été démontrée scientifiquement à travers de multiples recherches.

Démasquer les tabous

Dans le cadre de la Semaine nationale de sensibilisation au VIH / SIDA, l’équipe de Tandem Mauricie sera présente dans les prochains jours chez certains de ses partenaires du milieu communautaire de Trois-Rivières, ainsi qu’au Cégep de Trois-Rivières et au Collège Laflèche.

Lors de ces présences, différents outils de sensibilisation seront remis aux personnes présentes, dont des feuillets d’information, des préservatifs et un masque personnalisé avec la mention « Démasque les tabous ».

À noter que le 1er décembre prochain, plusieurs pays de la planète souligneront la 33e édition de la Journée mondiale de lutte contre le SIDA. D’ailleurs, pour cette journée importante, les gens sont invités à venir découvrir Tandem Mauricie, à l’occasion d’une activité « portes ouvertes », de midi à 16 h.

Pour l’occasion, il y aura un parcours abordant trois thématiques, soit une ligne du temps l’histoire du VIH/Sida, des mythes et réalités, ainsi que des vrais ou faux. Le parcours se terminera avec une capsule informative et un prix de participation sera remis à ceux et celles qui participeront au parcours.)

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.