Publicité

22 novembre 2021 - 16:00

Sous forme de capsules vidéos disponibles en ligne

Des cours prénataux virtuels pour combler un besoin en pleine pandémie

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) a élaboré des cours prénataux sous forme de capsules vidéos disponibles en ligne afin de répondre à un besoin essentiel.

La pandémie a freiné l’accessibilité aux rencontres prénatales en présentiel dans ses différentes installations.

Ces capsules virtuelles produites par une équipe d'infirmières en périnatalité traitent du sujet avec professionnalisme et humanité. D’ailleurs, étant plus accessibles, elles ont permis de rejoindre davantage de futurs parents.

« Ce service virtuel était devenu une nécessité. La demande était bien présente et ce malgré la pandémie. Nous sommes heureux d'avoir pu nous adapter à ce contexte particulier. Ainsi nous pouvons continuer à éduquer et à informer les futurs parents de manière adéquate », affirme Marie-Claude Rousseau, chef de service périnatalité et petite enfance, Zone Sud.

Une popularité instantanée

En date du 22 novembre, les 7 capsules avaient fait l’objet de plus de 3 000 visionnements depuis leur mise en ligne en juillet dernier.

Le processus qui mène à la naissance d’un enfant est marquant et peut soulever une panoplie de questions. La disponibilité de cet outil virtuel a de quoi sécuriser les personnes désireuses de se renseigner auprès de ressources fiables.

« Je suis enceinte de mon premier bébé et j’avais plusieurs craintes. Ces capsules ont été un plus pour moi en me permettant d'en apprendre davantage et de me rassurer. Elles renferment beaucoup d’informations », mentionne Évelyne Lafontaine, future mère originaire de Shawinigan.

Toute personne qui souhaite visionner ces capsules peut le faire en cliquant ici. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.