Publicité

5 novembre 2021 - 13:00

Il prend fin aujourd’hui

Le CIUSSS MCQ trace un bilan positif du service de repérage psychosocial

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec annonce la fin du service de repérage psychosocial, et ce dès aujourd'hui.

La direction régionale de la santé ajoute qu’avec la vaccination contre la Covid-19, l’allègement des mesures et le retour à une vie plus normale, les besoins de la population ont changé.

Le bilan du service est positif ajoute l’organisation, et démontre bien toute l’importance qu’a eu ce projet et son impact auprès de la population dans la lutte contre la pandémie et vers un retour à une vie normale.

Ce projet, mis en place rapidement il y a plus d’un an, aura permis à plus d’une douzaine d’intervenants psychosociaux de soutenir la population durant ces moments difficiles. Ils ont été présents sur le terrain pour écouter, conseiller et référer vers les bonnes ressources selon la situation.

« Dernièrement, on percevait moins de questionnements et de craintes en lien avec la Covid-19 contrairement au début de la pandémie où les impacts étaient plus présents. Les gens sont plus informés et rassurés. On constate par nos échanges qu’ils ont un plus grand sentiment de sécurité face à la situation et ont espoir de retrouver une vie normale. Les discussions avec la population sont maintenant davantage axées sur des problèmes psychosociaux généraux », rapporte Stéphanie Grenier, intervenante psychosociale à Trois-Rivières.

Résilience

La plupart des individus rencontrés ont fait preuve de résilience et ont réussi à identifier des stratégies pour s’adapter et se sentir mieux.

De plus, grâce à la sensibilisation, une personne qui en ressent le besoin, pour elle-même ou un proche, peut plus facilement se référer vers les services disponibles.

Au total, le projet a permis de réaliser 53 595 prises de contact avec des gens de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec. De ce nombre, la situation de 5 257 personnes a été explorée davantage par les intervenants.

À titre d’exemple, elles ont notamment transmis de l’information sur les réactions normales en lien avec la pandémie et des conseils sur les moyens à utiliser pour s’adapter.

À la suite de cette intervention, 624 personnes ont été dirigées vers les services du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) et de la communauté.

Tisser des liens

« En considérant les impacts psychosociaux de la pandémie, ce projet a fait une réelle différence en permettant d’aller vers la communauté pour rejoindre une partie de la population qui ne se manifeste pas auprès de nos services courants pour obtenir le soutien et les services requis. Le projet a permis de faire, d’une part de la sensibilisation, mais également de tisser des liens avec la population afin de faire connaître nos services et ceux de la communauté. Malgré toute la résilience et la capacité d’adaptation observée au cours de la dernière année, il n’en demeure pas moins que le contexte relié à la pandémie peut affecter certaines personnes à plus ou moins long terme, en ce sens il importe de rappeler à la population de ne pas hésiter à demander de l’aide que ce soit auprès de nos proches ou des nombreuses ressources disponibles », souligne Jovany Raymond, directeur adjoint des Services sociaux généraux et dépendance du CIUSSS MCQ.

Rappelons qu’en tout temps, la population peut communiquer avec le service Info-Social en composant le 811 pour une réponse immédiate de soutien psychosocial.

Il est aussi possible de se présenter en personne dans le CLSC le plus près de chez soi, ou encore de le rejoindre par téléphone, afin de faire une demande de soutien. Un intervenant psychosocial sera disponible pour offrir de l’aide ou référé vers les services appropriés au besoin.

Il existe également de nombreux organismes communautaires de soutien et d’entraide.

Finalement, pour une situation d’urgence, la population ne doit pas hésiter à composer le 911.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.