Publicité

9 mars 2021 - 10:00

Il vise à leur donner accès en moins de 24 heures à un professionnel

Santé mentale : un projet-pilote pour venir en aide aux entrepreneurs

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Un an après le début de la pandémie de COVID-19, la santé mentale des citoyens est grandement affectée, et celle des propriétaires d’entreprises n’y fait pas exception.

Conscients que la relance de l’économie locale est impossible sans des entrepreneurs en bonne santé psychologiques, la Clinique de santé M et Innovation et Développement économique Trois-Rivières s’unissent dans un projet-pilote.

L’objectif : donner accès en moins de 24 heures à un professionnel de la santé aux propriétaires d’entreprises trifluviennes souffrant d’une problématique de santé mentale.

Selon leur besoin, ils pourront consulter sans frais un infirmier clinicien, un infirmier praticien spécialisé en soins de première ligne ou un médecin, souvent le jour même. Ce service est entièrement confidentiel et géré par l’équipe de la Clinique de santé M.

Deux rencontres couvertes

Deux rencontres sont couvertes pour chaque entrepreneur. Ce projet-pilote est réservé aux propriétaires d’entreprises situées sur le territoire de la ville de Trois-Rivières qui ont besoin de consulter pour une problématique liée à la santé mentale.

« Depuis le début de la pandémie, la santé mentale de la population en général est mise à rude épreuve. Pour les entrepreneurs, c’est encore pire. Le nombre de personnes en détresse psychologique, qui souffrent d’insomnie, d’anxiété, de stress, d’irritabilité ou d’épuisement professionnel est en nombre croissant. Certains problèmes de dépendances ont également débuté. Il est impératif que les gens consultent rapidement afin d’éviter que les symptômes ne deviennent plus lourds », explique le président de la Clinique de santé, Nicolas Marchand.

Prendre des décisions difficiles et gérer les risques fait partie du quotidien des entrepreneurs, mais la situation actuelle est loin d’être normale, explique le directeur général d’IDE Trois-Rivières, Mario De Tilly.

« Actuellement, je n’aimerais pas être dans les souliers d’un propriétaire de restaurant ou de bar, par exemple. Ces gens-là vivent des pressions financières énormes et n’ont aucun contrôle sur ce qui se passe. Pourtant, nous devons compter sur tous nos entrepreneurs pour la relance, donc c’est important aussi de s’occuper de leur santé mentale », affirme M. De Tilly.

Ce projet-pilote est complémentaire à l’offre de services déployée par le CIUSSS-MCQ, précise le directeur général d’IDE Trois-Rivières, Mario De Tilly, qui suggère aux entrepreneurs de communiquer d’abord avec leur médecin de famille, quand c’est possible.

Pour en savoir plus sur ce projet-pilote ou sur les différentes initiatives en lien avec la santé mentale des entrepreneurs, cliquez ici.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.