Publicité

23 février 2021 - 09:30

Plus d’une trentaine de cas se sont déclarés et on cherche la source de contamination

COVID-19 : le dépistage va être intensifié dans la MRC de Maskinongé

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le CIUSSS MCQ va intensifier le dépistage dans la MRC de Maskinongé parce qu’au cours des dernières semaines, plus d’une trentaine de cas de COVID-19 se sont déclarés dans cette partie du territoire.

Pour plusieurs d’entre eux, la source de contamination est inconnue. La santé publique souhaite donc identifier rapidement les cas et leurs contacts pour freiner la propagation du virus.

Pour ce faire, la capacité de dépistage a été rehaussée de 37 à 65 plages quotidiennes à la clinique désignée de dépistage de Louiseville pour la semaine en cours.

Ainsi, les personnes qui ont été en contact avec une personne déclarée positive à la COVID-19 ou qui présentent des symptômes, aussi légers soient-ils, doivent se faire dépister. En se faisant dépister, chaque personne contribue à freiner l’évolution de la maladie dans sa communauté.

Pour prendre rendez-vous, la population peut utiliser la plateforme de dépistage de la COVID-19 (cv19quebec.ca) ou appeler au 1 877 644-4545.

Pour s’assurer que la distance ne soit pas un frein au dépistage pour la population des municipalités un peu plus éloignée, une clinique mobile de dépistage sera aussi déployée ce mardi, mercredi et jeudi, à la Salle communautaire située au 109, rue Hôtel-de-Ville.

La population pourra s’y rendre sans rendez-vous de 14 h à 18 h.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.