Publicité
3 septembre 2019 - 10:49

Texte commandité

Problème de coordination : comment l’améliorer ?

 

La coordination est la capacité d’exécuter un mouvement rapidement et efficacement en vue de résoudre une tâche. Elle n’est pas innée, mais s’acquiert par l’apprentissage. Il y a différentes capacités motrices à développer : l’orientation, le rythme, la réaction, l’équilibre, la transformation du mouvement et la capacité de différentiation. Quelles activités faut-il encourager pour corriger un problème de coordination ?

Le sport

La maîtrise du corps dans l’espace doit être acquise entre 9 et 12 ans. En pratiquant un sport, on apprend justement à contrôler et à réguler ses mouvements. De nombreuses activités, avec ou sans ballon, permettent de développer ses capacités motrices :

  • La course de relais ou d’obstacles, le vélo, le saut à la corde et le cirque (jonglage, équilibre) sollicitent l’attention et la coordination des mouvements de son corps.

  • Le football est intéressant pour la combinaison des déplacements, les changements rapides de jeu, les duels avec les adversaires qui obligent la mise en place de stratégies, mais aussi des positions du corps différentes dans l’espace.

  • L’expression corporelle, la danse, la gymnastique rythmique (avec l’utilisation d’accessoires simultanée avec les mouvements du corps).

Néanmoins, avec l’âge et la prise de poids, les habiletés motrices seront à nouveau perturbées. Il faudra donc maintenir les acquis en orientant les enfants vers des techniques plus spécifiques.

La Musique 

C’est là qu’intervient la pratique instrumentale. Les études montrent que l’apprentissage de la musique avant 7 ans modifie durablement le cerveau. Elle permet une meilleure connectivité entre les aires motrices, favorisant ainsi une meilleure coordination des gestes.

L’expérience menée par un groupe de chercheurs de l’université Concordia à Montréal auprès d’enfants musiciens et non-musiciens montre que ces derniers sont bien moins coordonnés que les premiers. Les musiciens ont ainsi une bien meilleure indépendance des deux mains dans les activités spontanées. Cela ne signifie évidemment pas qu’il est trop tard pour apprendre la musique après. La pratique instrumentale est bénéfique à tous les âges de la vie. Mais si l’enfant souffre d’un problème de coordination, la musique pourra l’aider.

Pour la coordination des bras par exemple, on privilégiera les percussions. Vous pourrez alors lui proposer de suivre un cours de batterie à Montréal. Pour la coordination des mains, les instruments à vent ou le piano sont indiqués parce que l’enfant apprendra à bouger ses doigts de façon coordonnée sans utiliser ses yeux, trop occupés à suivre la partition.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.