Publicité
26 décembre 2014 - 05:31

Manitou Mushers

Être en symbiose avec la nature

Anne-Sophie Bois

Par Anne-Sophie Bois, Journaliste

Twitter Anne-Sophie Bois
Toutes les réactions 2

Laissez montre, cellulaire, musique et nervosité à la maison. Conduisez jusqu'à la limite de Sainte-Thècle et Saint-Adelphe en Mauricie pour découvrir l'univers paradisiaque de 85 âcres de chez Manitou Mushers où la nature prime.

Sur une terre ancestrale, Maxime Leclerc-Gingras et Anne-Marie Charest proposent un arrêt dans le temps. Une pause du train-train quotidien stressant pour une balade en traîneau à chiens. Encore plus optimal, les deux adeptes offrent depuis cette année, un combo incluant une session de yoga.

Quoi de plus ressourçant que de faire du yoga en pleine nature et se remplir les poumons d'air frais.

« On s'adresse vraiment à tout le monde. On ne fait pas de postures compliquées. On part avec nos traîneaux, on fait un arrêt en forêt pour méditer et en revenant on fait quelques postures pour libérer la tension. On fait des postures d'équilibre, des techniques de respiration... même avec les chiens! C'est très introspectif », explique celle qui est formée en yoga sivanada.

Se souvenir de ses racines

« On voulait avoir notre propre entreprise! On trouvait que les Laurentides, c'était trop impersonnel, trop touristique. Alors, on a pensé à la terre de mes grands-parents. Il ne se passait plus rien depuis une dizaine d'années ici. On a changé la toile du tipi de mon grand-père qu'il a construit il y a 40 ans, pour recevoir toute la famille et on a réaménagé la providence pour en faire un petit chalet pouvant accueillir de deux à quatre personnes », mentionne Anne-Marie Charest qui a grandi sur cette terre.

Chalet. Le mot en grand. Parce que sur ce site, il n'y a ni eau, ni électricité.

C'est le mode de vie que le couple a décidé de choisir.

« On veut faire revivre l'histoire de la culture autochtone de la Vallée de la Bastican. Il ne faut pas oublier que le traîneau à chiens ou le yoga ont plus de 6 000 ans d'histoire. On veut simplement transmettre notre amour de la nature. Oui, on a un mode de vie minimaliste, mais on est loin d'être moralisateur. Souvent les gens viennent ici et prendre conscience tout seul de leur surconsommation. Quand tu vas chercher ton eau à tous les matins, tu l'économises. On a les plus beaux téléviseurs, nos fenêtres! », racontent les propriétaires, qui ont notamment reçu des voyageurs de la Nouvelle-Calédonie, de la Suisse et de la France.

Bien plus qu'une famille

Anne-Marie et Maxime ont présentement près de 27 chiens, tous adoptés de personnes qui pratiquent la course.

« On leur donne en quelque sorte une deuxième vie. Parce que tous ou presque ont un petit handicap. Certains auraient pu avoir un avenir incertain. Les chiens, nous, la nature, nous sommes tous égaux. C'est ce qui prime ici! On ne regarde pas notre montre ou on ne calcule pas les kilomètres qu'on fait avec un groupe. On y va et on en profite! On ne fait pas partie de la nature, on est la nature. Le tord que tu fais à la nature, tu te le fais à toi », explique Maxime.

À noter qu'une journée portes ouvertes est prévue le 17 janiver pour découvrir les différentes activités offertes. Les enfants âgés de 12 ans et moins pourront faire des tours de traîneau à chien gratuitement.

Plusieurs projets sont sur la table pour Manitou Mushers, qui a remporté la palme dans la catégorie meilleure nouvelle entreprise au Gala de la chambre de commerce de Mékinac cette année, dont l'agrandissement de l'enclos principal et des cours de stand up paddle pourrait se retrouver sur la liste de cours dès cet été.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

2 réactions
  • J'ai vraiment envie d'aller vous rencontrer.

    Johane - 2014-12-13 11:05
  • Absolument extraordinaire! Je ne pensais pas qu'une entreprise de ce type existait. Fervente défendrese des animaux et des chiens nordiques en particulier. Je suis sidérée de voir ce que ces gens ont réalisé. Je veux y aller!!!!

    isabelle greffard - 2015-02-10 13:52