Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Départ du directeur des relations médias

Quatre départs en quelques semaines au cabinet de François Legault

durée 19h27
7 mai 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Le premier ministre François Legault perd un quatrième collaborateur en quelques semaines: son directeur des relations médias, Manuel Dionne, qui se joindra à la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ). 

Ce départ survient après ceux de Vincent Desmarais, d'Isabelle Lewis et de Sébastien Lauzon, tous des membres de la garde rapprochée de M. Legault, au moment où les sondages sont particulièrement mauvais pour la Coalition avenir Québec (CAQ).

Mardi, M. Legault a remercié sur les réseaux sociaux M. Dionne, un «ami de la famille», «pour ces six années à faire face aux journalistes».

Manuel Dionne est arrivé à la CAQ en 2018, après avoir travaillé à la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ) et au Parti québécois (PQ). Il affirme aujourd'hui quitter le cabinet de M. Legault pour des raisons familiales.

«Est-ce qu'on doit voir là qu'il y a des gens qui vont quitter le navire parce que ça ne va pas bien à la CAQ? (...) C'est un questionnement que certains pourraient avoir», a réagi mardi le chef intérimaire du Parti libéral du Québec (PLQ), Marc Tanguay.

Le directeur de la planification stratégique du premier ministre, Stéphane Gobeil, a aussitôt voulu «tuer la rumeur». «Non, je ne pars pas. Je reste aux côtés de François Legault», a-t-il déclaré sur le réseau X. 

L'arrivée de Manuel Dionne à la FMSQ, avec qui le gouvernement Legault doit négocier une nouvelle entente de rémunération, «peut juste aider», a plaidé pour sa part le ministre de la Santé, Christian Dubé.

«Lorsqu'on est en négociation, l'idée, c'est de baisser le climat de confrontation et favoriser la communication. (...) Si Manuel Dionne, qui est un expert en communications, peut aider à ça, moi je n'ai aucun problème avec ça, au contraire», a-t-il dit.

En point de presse, le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon a souligné qu'en se joignant à la FMSQ, M. Dionne se plaçait dans une position «inconfortable».

«Lorsqu'on est dans une position intenable, c'est-à-dire qu'on a de l'information des deux côtés, il y a moyen de s'exclure de certains processus pour être certain de ne pas placer qui que ce soit dans l'embarras. Ça s'appelle un mur de Chine», a-t-il déclaré.

«Ce sont des choix qu'il faut respecter», affirme de son côté le chef parlementaire de Québec solidaire (QS), Gabriel Nadeau-Dubois. «La politique, c'est dur. (...) Je peux comprendre que les gens, à un moment de leur vie, décident de prendre un peu de recul.»

Caroline Plante, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


21 juin 2024

Les membres du SPGQ ont approuvé l'entente de principe à 95 %

Les employés de la fonction publique représentés par le Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) ont approuvé l'entente de principe avec Québec à 95 %, a annoncé le syndicat vendredi matin. Selon le SPGQ, 83 % de ses 26 000 membres ont participé au vote. L'entente comprend une augmentation salariale de 17,4 % sur cinq ans, ...

20 juin 2024

Les sénateurs adoptent le projet de loi visant à contrer l'ingérence étrangère

Le Sénat a adopté mercredi soir le projet de loi visant à contrer les actes d'ingérence étrangère au Canada. Les sénateurs ont approuvé le projet de loi C-70 après avoir rejeté une proposition d'amendement qui visait à garantir que des innocents ne soient pas pris dans ses filets. Le projet de loi, qui doit maintenant obtenir la sanction ...

19 juin 2024

La Caisse de dépôt et placement contredit Geneviève Guilbault

Contrairement à ce que ne cesse de répéter la vice-première ministre et ministre des Transports, Geneviève Guilbault, ce n'est pas une «grande majorité» des parties prenantes consultées par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) dans le cadre de son analyse de la mobilité à Québec qui ont parlé de «sécurité économique». En fait, ce ne ...