Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Hydro-Québec

Sophie Brochu quitte dans un contexte de tension avec le gouvernement Legault

durée 08h00
11 janvier 2023
durée

Temps de lecture   :  

4 minutes

Par La Presse Canadienne

Le gouvernement Legault s'en est tenu à de brefs éloges à l'endroit de Sophie Brochu, mardi, alors que presque tous les autres acteurs se montrent perplexes, déçus ou même inquiets face à la démission inattendue de la présidente et directrice générale d'Hydro-Québec.

Le premier ministre François Legault a ainsi publié un court gazouillis de deux phrases remerciant Mme Brochu et affirmant que «ça a été un plaisir de travailler avec elle sur de grands chantiers déterminants pour l’avenir du Québec, comme l'entente avec New York et le développement de la filière éolienne».

Des différences d'opinions sur l'avenir du secteur énergétique étaient apparues à l'automne entre la grande patronne d'Hydro et le gouvernement Legault, Mme Brochu étant la force motrice derrière la récente stratégie énergétique axée sur la décarbonation de l'économie, les énergies vertes et le maintien du bloc patrimonial à tarif avantageux pour les Québécois. Elle avait prévenu que le Québec ne devait pas vendre son électricité au rabais au profit du développement économique.

Son départ est d'autant plus surprenant qu'en octobre dernier, elle affirmait à l'animateur Paul Arcand sur les ondes du 98,5 qu'elle resterait en poste «tant que le cadre de gouvernance à l'intérieur du gouvernement d'Hydro-Québec est sain et qu'on est capable de faire valoir les grandes prérogatives du besoin du système énergétique».

Le quotidien La Presse rapportait de son côté en octobre dernier que Mme Brochu avait eu des discussions musclées avec celui qui devait devenir ministre de l'Énergie, Pierre Fitzgibbon, un ardent promoteur du développement économique. 

Or, M. Fitzgibbon y est également allé d'un bref hommage à la première femme à occuper la plus haute fonction de la société d'État, qu'il a qualifiée de «leader naturelle et dynamique, une inspiration pour plusieurs». Il l'a remerciée sur les réseaux sociaux pour sa contribution au secteur public, ajoutant qu'il était «certain que tu continueras d’influencer et de tracer la voie pour de nombreux décideurs de demain».

Côté politique, le chef intérimaire du Parti libéral, Marc Tanguay, a aussi remercié la démissionnaire pour ses services, mais s'est surtout attardé sur le processus de nomination de la personne qui devra la remplacer, disant souhaiter «que le gouvernement nomme une personne qui aura les hautes compétences nécessaires». «Transparence et dialogue national sont requis», a-t-il ajouté.

Alors que le Parti québécois n'avait toujours pas décidé de sa réaction en milieu d'après-midi mardi, le porte-parole de Québec solidaire en matière d'énergie, Haroun Bouazzi, a été le seul élu à accepter de donner une entrevue plutôt que de se réfugier derrière un commentaire sur les réseaux sociaux.

«C'est un choc, un séisme, je dirais même. Surtout dans un moment charnière comme ça de la politique énergétique du Québec, face à ses objectifs de carboneutralité en 2050, c'est très grave», a déclaré M. Bouazzi en entrevue avec La Presse Canadienne.

Selon le député solidaire, il fait peu de doute que le départ de Mme Brochu est directement imputable aux frictions avec le ministre Fitzgibbon: «Il n'y avait rien qui prédisait que Madame Sophie Brochu allait couper court à son mandat. En octobre, elle a bien signifié sa vision pour Hydro-Québec et clairement sa vision n'était pas la même que celle du ministre Fitzgibbon, qui voit plus des coups de "cash" que les deux piliers que sont la transition écologique et le maintien des tarifs.»

Haroun Bouazzi ne cache donc pas son inquiétude face aux intentions d'une éventuelle succession décidée par le gouvernement Legault: «C'est quand même un gouvernement qui a découvert la question de la transition écologique lors de son deuxième mandat et qui nous parle de "cash" à faire à chaque fois, ce qui n'est pas vraiment le bon état d'esprit pour atteindre la carboneutralité en 2050.»

De son côté, le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente la quasi-totalité des quelque 15 000 syndiqués d'Hydro-Québec, a publié un communiqué faisant part de sa «consternation» face à ce départ inattendu.

«Le départ de Sophie Brochu après seulement trois ans en poste fait craindre qu’une influence politique ait pu jouer un rôle dans sa décision», peut-on y lire, une allusion très claire au choc des visions avec Québec invoqué plus haut. Le mandat de Mme Brochu était de cinq ans.

«Une période d'instabilité s'ouvre et cela devrait inquiéter l'ensemble des Québécois et Québécoises», déclare le président du SCFP-Québec Patrick Gloutney en faisant référence au «nombre effarant de pannes» survenues durant les Fêtes.

Deux sources syndicales requérant l'anonymat, car n'étant pas autorisées à parler aux médias, ont d'ailleurs dénoncé à La Presse Canadienne la baisse continue de fiabilité du réseau sous le règne de Sophie Brochu telle que soulevée par la vérificatrice générale Guylaine Leclerc dans un rapport sévère en décembre dernier. Elles blâment notamment le non-remplacement des effectifs, la perte d'expertise et le virage vers l'autoformation pour cette chute de fiabilité.

Pierre Saint-Arnaud, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 17h15

Commissaire à la langue française: QS fait volte-face, approuve le candidat de la CAQ

Québec solidaire (QS) effectue un changement de cap et consent désormais à ce que le philosophe Benoît Dubreuil devienne le tout premier commissaire à la langue française. Le parti de Gabriel Nadeau-Dubois s'était opposé l'année dernière à la nomination de M. Dubreuil, se disant en désaccord avec ses propos passés sur la langue et ...

durée Hier 14h00

Bernard Drainville blâme les libéraux pour le manque d’enseignants dans les écoles

Questionné sur les conséquences de la pénurie de main-d’œuvre dans les écoles, Bernard Drainville renvoie la balle aux libéraux tandis que l’ex-ministre des Finances, Carlos Leitao, admet des regrets sur les compressions en éducation.  M. Leitao a dit que, si c’était à refaire, il aurait été «plus modéré » dans le contrôle des dépenses ...

1 février 2023

L’opposition s’inquiète de l’avenir du plan stratégique d’Hydro-Québec

L’avenir d’Hydro-Québec inquiète les partis d’opposition qui affirment qu’un flou demeure quant à la stratégie de la société d’État dans la foulée des départs de sa présidente-directrice générale, Sophie Brochu, et du chef d’exploitation, Éric Filion.  Le chef de l’opposition officielle, Marc Tanguay, a qualifié la situation à Hydro-Québec de ...