Publicité

8 juillet 2021 - 13:00

La consultation au coeur d’une grande vision

Nouvelle Politique du patrimoine à Trois-Rivières

Par Catherine Deveault

Une acquisition phare, cinq orientations, une trentaine d’actions concrètes : la toute nouvelle Politique du patrimoine de Trois-Rivières est lancée. S’échelonnant sur une période de 10 ans, la politique poursuit une vision commune : placer le patrimoine au cœur du développement, de l’identité et de la qualité de vie de Trois-Rivières.

D’entrée de jeu, la Ville a annoncé avoir accepté une donation du monastère des Ursulines. Une acquisition forte attestant que Trois-Rivières s’engage à conserver, à protéger et à mettre en valeur ce lieu à caractère exceptionnel.

Une trentaine d’actions concrètes

De nombreuses autres actions sont énoncées dans la politique. Poursuivant plusieurs objectifs, elles englobent toutes les formes du patrimoine, dont le patrimoine archéologique, immobilier, mobilier, paysager et immatériel. À titre d’exemple, le chantier de restauration du manoir de Tonnancour, la mise en place d’un plan directeur d’aménagement et de développement pour le site de l’Exposition, l’identification d’une vocation d’avenir pour le lieu du monastère des Ursulines et la mise en valeur des collections et sites archéologiques.

Un important processus consultatif

Cette vision commune que représente la politique est le fruit d’un processus de consultation. Un comité consultatif constitué de conseillers municipaux, d’historiens, d’archéologues, d’architectes et de représentants autochtones s’est rencontré pour mettre en place les balises de la politique, un sondage en ligne ainsi qu’une consultation publique ont été déployés et cinq tables d’experts ont été organisées. Ce processus a permis d’enrichir la réflexion menant à cette vision collective souligne l'équipe de la Ville.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.