Publicité

19 juin 2021 - 12:00

Surplus, remboursement et investissements dans les infrastructures

Bilan financier 2020 de la Ville de La Tuque

Par Catherine Deveault

Ville de La Tuque a déposé, lors de l’assemblée publique du conseil d’agglomération qui a eu lieu ce 15 juin 2021, son rapport financier pour l’exercice financier qui s’est terminé le 31 décembre 2020.

La municipalité a terminé cet exercice financier avec un surplus de 1 226 648 $, ce qui porte le montant total des surplus accumulés non affectés à 2 150 287 $. Le conseil municipal de La Tuque n’a affecté aucune somme provenant des surplus dans le budget 2021.

Le surplus de l’exercice financier 2020 s’explique principalement par les facteurs suivants :

  • Revenus de taxation et tenant lieu de taxes de 280 000 $ de plus que ce qui était prévu au budget.

  • Solde restant de la subvention COVID non dépensé en 2020 de 235 000 $.

  • Revenus de droit de mutation et amendes de 160 000 $ de plus que prévu au budget.

  • Subvention matières recyclables et résiduelles de 115 000 $ de plus que ce qui était prévu au budget.

  • Économies sur le déneigement pour les mois de novembre et décembre 2020 de 200 000 $.

  • Économies nettes générées par la différence entre la baisse des dépenses et la baisse des revenus pour les éléments suivants prévus au budget :

  • Colisée municipal Denis-Morel =    85 000 $

  • Parcs, événements et piscine = 100 000 $

  • Bibliothèque Annie-St-Arneault =   40 000 $

Remboursement de la dette

Depuis 2017, la dette totale à long terme de la municipalité est passée de 49,3 millions $ à 42,9 millions $, une diminution de 6,4 millions $. En soustrayant les subventions et le financement provenant des fonds dédiés, la dette totale de La Tuque à taxer aux citoyens se situe au 31 décembre 2020 à 33,5 millions $. Elle était de 39,1 millions $ en 2017, ce qui signifie que la municipalité a réussi en trois ans à diminuer de 5,6 millions $ la dette à payer à la charge de ses contribuables.

En 2014, la municipalité s’est dotée d’une politique de gestion de la dette qui comprend 5 ratios ayant une cible maximale à respecter. En 2020, les 5 ratios prévus dans cette politique ont été respectés.

Investissements dans les infrastructures  

En 2020, Ville de La Tuque a investi près de 6 millions $ dans ses infrastructures et ses équipements, soit 439 852 $ dans le cadre de ses compétences d’agglomération et 5 509 394 $ dans le cadre de ses compétences de nature locale. L’achat et l’entretien des véhicules, l’entretien des bâtiments et des équipements, la réfection des réseaux d’aqueduc et d’égouts, ainsi que la réfection des rues, chemins, trottoirs représentent les principales dépenses réalisées en 2020.

Aide financière  

Finalement, la municipalité a présenté un bilan de l’utilisation des sommes reçues du gouvernement du Québec pour la Covid-19. Ville de La Tuque a reçu un total de 665 880 $ pour faire face aux nouvelles dépenses non prévues et au manque de revenus générés par la pandémie en 2020 et en 2021. En 2020, la municipalité a utilisé 430 921 $ de cette somme.

Le rapport financier complet de l’année 2020 sera disponible pour consultation sur le site Web de la municipalité dans la page Finances de l’onglet Vivre à La Tuque au plus tard le 21 juin 2021.

« C’est un très beau bilan financier dont nous sommes fiers, car il reflète la somme énorme de travail que nous avons réalisé ces dernières années pour améliorer la situation financière de notre municipalité, sans négliger d’investir dans nos infrastructures pour offrir des services de qualité à la population. La Tuque se porte bien et nous avons encore plusieurs beaux projets à réaliser en 2021. Je félicite tous nos employés municipaux pour ce beau bilan, car ils ont travaillé très fort en cette période de pandémie pour répondre aux besoins de la population », souligne Pierre-David Tremblay, maire de La Tuque et président du conseil d’agglomération.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.