Publicité

3 mai 2021 - 11:00

Un minimum de solidarité demandé aux citoyens du Québec

Le gouvernement pourrait être plus sévère lors des futures manifestations

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Lors de la période de questions qui a suivi le point de presse de François Legault et la présidente du Conseil du trésor Sonia Lebel, le premier ministre a tenu à revenir sur la manifestation tenue à Montréal. Celle-ci a regroupé près de 30 000 personnes qui ont pris d’assaut les rues de la Montréal, sans masques ni distanciation sociale, pour manifester contre les mesures sanitaires.

Plusieurs médias ont rapporté la présence de plusieurs citoyens du Québec, provenant de toutes les régions de la province, à cette manifestation. Est-ce que cette situation inquiète le premier ministre quant à une possible hausse du nombre de cas actifs à Montréal, mais aussi dans les régions d’où émanaient les participants?

« On comprend que les gens soient tannés et qu’ils veulent plus de liberté. Mais il faut comprendre que si on leur demande de porter la masque, c’est d’abord et avant tout pour protéger les autres qu’eux-mêmes. La COVID c’est sérieux, on compte plus de 10 000 morts depuis le début la crise en mars 2020. Je pense qu’en tant que citoyen, il est de notre devoir de faire preuve d’un minimum de solidarité en ce temps difficiles », indique-t-il.

Est-ce que le gouvernement pourrait faire preuve de plus de sévérité lors des prochaines manifestations? « Je sais que des contraventions ont été émises auprès de certains manifestants hier pour le non-respect des mesures sanitaires. On veut pas faire exprès de trop en donner pour ne pas qu’ils aient trop d’attention. Il faut rappeler que c’est une minorité de citoyens qui sont contre les mesures sanitaires, les autres continuent de les respecter. Mais oui, il n’est pas impossible qu’on soit plus sévère si nécessaire lors des prochaines manifestations. »

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.