Publicité

27 avril 2021 - 13:44

Après l’Ontario, la Nouvelle-Écosse recevra aussi de l’aide

COVID-19 : Justin Trudeau annonce un soutien additionnel aux provinces les plus affectées

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Après l’Ontario durement affectée par la pandémie de COVID-19, ce sera au tour de la Nouvelle-Écosse de recevoir de l’aide du gouvernement fédéral et l’Alberta pourrait suivre, a indiqué ce midi le premier ministre Justin Trudeau.

Lors de son point de presse sur la situation, M. Trudeau a annoncé que 60 membres des Forces armées iront prêter main-forte dans les centres de dépistages de la Nouvelle-Écosse.

Le premier ministre a aussi mentionné que son gouvernement est prêt à venir en aide à l’Alberta.

Dans l’ensemble du pays, Justin Trudeau estime que la situation reste alarmante.

« Le virus a déjà fait trop de victimes, a souligné le premier ministre. On doit absolument l’empêcher de causer plus de décès. La troisième vague continue de se prolonger et à travers le pays, le nombre de cas augmente. Les hôpitaux et les travailleurs de première ligne sont à bout de souffle. »

Selon les autorités fédérales de la santé, près d’un million 190 000 cas et plus de 24,000 décès ont été enregistrés depuis le début de la pandémie.

Durant la dernière semaine, une moyenne de 8,000 cas a été signalée chaque jour.

En moyenne, plus de 4,300 personnes atteintes de la COVID-19 ont été traitées dans les hôpitaux du pays tous les jours, dont 1,350 aux soins intensifs. C’est 15 % de plus que la semaine précédente.

Durant la même période, on a déploré en moyenne 51 décès tous les jours, ce qui représente aussi une hausse de 15 %.

Plus de 94,200 cas de variants ont été signalés au Canada à ce jour.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.