Publicité

25 mai 2020 - 14:57

PANDÉMIE COVID-19

Travail dans les CHSLD : la situation des immigrants revue « au cas par cas »

Par Inès Lombardo, Journaliste

Lors de sa conférence de presse aujourd'hui, François Legault a affirmé que son gouvernement était reconnaissant envers toutes les personnes qui sont allées travailler dans les CHSLD, incluant les demandeurs d'asile.

Leur travail a été précieux ces derniers mois, alors que le Québec souffre d'un manque de personnel dans ce secteur. Le premier ministre est donc allé plus loin, rappelant que « le critère pour que la personne soit acceptée comme réfugiée est de savoir si sa sécurité physique est en danger dans leur pays ».

C'est pour cette raison qu'il a demandé au ministre de l'Immigration Simon Jolin-Barette d'évaluer les demandes au cas par cas afin de qualifier ces personnes comme immigrant, et non comme réfugié. Une mesure qui permettrait au Québec de les accueillir et de leur permettre de travailler.

Il a toutefois nuancé, en répondant à un journaliste anglophone : « Je ne veux pas passer le message qu'on aura de la job pour tout le monde au Québec ».

Les dispositions sur l'omerta dans les établissements de santé réétudiées, selon Danielle MCCann

Par ailleurs, à la question de savoir pourquoi certains travailleurs dans le réseau de la santé étaient toujours soumis à l'omerta imposée par certaines clauses, malgré le courriel mis à disposition par le gouvernement ([email protected]), Danielle McCann a assuré : « On est en train de revoir ces dispositions de manière rigoureuse ».

La ministre de la Santé a reconnu que « les gens qui s'adressent aux médias n'ont pas eu d'autres recours », suggérant alors : « Il faudrait un "On vous écoute" dans chaque établissement. » Des mesures sont attendues à ce sujet.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.