Publicité
22 mars 2020 - 11:30 | Mis à jour : 12:04

PANDÉMIE COVID-19

COVID-19 : les rassemblements intérieurs ou extérieurs interdits au Québec

Gabrielle Denoncourt

Par Gabrielle Denoncourt, Journaliste

Hier soir, le Conseil des ministres a adopté un décret pour renouveler l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 29 mars prochain. Notamment, on retrouve l’interdiction de rassemblement qu’il soit extérieur ou intérieur.

Cette interdiction s’applique à tout type de rassemblement, à l’exception de ceux :

• requis dans un milieu de travail qui n’est pas visé par une suspension du gouvernement du Québec, à condition que les employés maintiennent, dans la mesure du possible, une distance minimale de deux mètres entre eux ;

• dans un lieu public visant à obtenir un service ou un bien (commerces, services gouvernementaux, etc.), et qui n’est pas visé par une suspension du gouvernement du Québec, à condition que les clients maintiennent, dans la mesure du possible, une distance minimale de deux mètres entre eux ;

• dans un moyen de transport, à condition que les usagers maintiennent, dans la mesure du possible, une distance minimale de deux mètres entre eux ;

• réunissant des occupants d’une résidence privée, ou de ce qui en tient lieu, et toute autre personne leur offrant un service ou dont le soutien est requis. Les personnes offrant un service ou apportant un soutien doivent maintenir, dans la mesure du possible, une distance minimale de deux mètres avec les occupants.

Également, les rassemblements extérieurs sont permis lorsqu’une distance minimale de deux mètres est maintenue entre l’ensemble des personnes, sauf s’il s’agit de personnes qui habitent la même résidence privée.

Pour le moment les services policiers n’ont pas reçu de directive sur l’application du décret.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.