Publicité
26 septembre 2019 - 15:55 | Mis à jour : 15:56

Le candidat néodémocrate et député sortant dans Trois-Rivières, Robert Aubin, dévoile les balises de son engagement carboneutre

L'engagement de Robert Aubin : « Quand les bottines suivent les babines »

Par Salle des nouvelles

Le candidat néodémocrate et député sortant dans Trois-Rivières, Robert Aubin, dévoile les balises de son engagement carboneutre. L’enjeu environnemental étant au cœur de ses préoccupations, ce dernier agit avec cohérence. 

« Aujourd’hui, faire campagne ou gérer un bureau de député sans s’assurer d’être carboneutre, c’est manquer à ses responsabilités. L’heure n’est plus à l’image, mais à la mise en place d’actions concrètes sanctionnées par un organisme reconnu », a déclaré Robert Aubin. 

Un modèle d’entreprise ciblé par la Banque canadienne du Climat

Dans le secteur énergétique, Trigo Énergies constitue un exemple probant des collaborations que nous souhaitons développer. Cesser d’investir dans les énergies fossiles pour supporter financièrement l’émancipation d’entreprises capables de réduire notre consommation énergétique tout en faisant de nous des leaders en matière de technologies vertes, voilà le mandat de la Banque canadienne du climat. Sans compter que les défis ainsi relevés sont aussi créateurs d’emplois. 

« En utilisant le pétrole à des fins énergétiques, on pige directement dans les REER de notre planète, tandis que l’énergie solaire est une ressource renouvelable permettant de diminuer nos émissions de GES, c’est une pierre, deux coups »,  a pour sa part indiqué Jonathan Ayotte, président de Trigo Énergies. 

Le courage d’agir

Bien plus qu’un slogan de campagne, cette maxime oriente chacune des interventions du candidat. Pour M. Aubin, il ne saurait y avoir de campagne électorale ou d’activités politiques sans une évaluation stricte des émissions de GES produites par son équipe et sans une compensation adéquate. Le NPD incarne d’ailleurs ce combat quotidiennement pendant la campagne aux dires de nombreux analystes. 

À cet effet, M. Aubin prend l’engagement de réduire l’empreinte écologique liée à ses activités et de compenser les émissions de GES produites par sa campagne, par son bureau de comté et par les nombreux engagements qui en découleront dans l’éventualité de sa réélection. 

« L’urgence climatique n’a plus à être démontrée scientifiquement. Il appartient maintenant au monde politique de prendre les actions qui s’imposent pour s’assurer de ne pas laisser aux générations suivantes la plus lourde dette écologique qui n’ait jamais été léguée », a affirmé Robert Aubin. 

Le projet Carbone boréal

Dirigé par M. Claude Villeneuve, directeur de la Chaire en écoconseil, Carbone boréal constitue à la fois une infrastructure de recherche pour l’UQAC et un programme de compensation des GES accessibles aux organisations et individus interpelés par la question environnementale. 

Les sommes recueillies par la plantation d’arbres permettent le financement des activités de la Chaire et une lutte efficace contre l’émission de GES. 

11 ans selon le GIEC

Le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) confirme l’urgence d’agir et nous donne 11 ans pour réagir de façon audacieuse. Dans cette optique, le député sortant vise à compenser sa production de carbone sur cette même période de temps plutôt que sur les 70 ans prévus par le programme Carbone boréal. 

Pour ce faire, 264 épinettes noires devront être plantées au lieu des 12 prévus par le programme. Ainsi, sur les 37 tonnes de CO2 captées par ces arbres au fil de leur vie, 1,62 tonne le seront sur un horizon de 11 ans. 

La plateforme environnementale proposée par le Nouveau Parti démocratique (NPD) est la plus audacieuse envers le développement d’une économie verte. 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.