Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
14 février 2018 - 13:36 | Mis à jour : 13:40

Nicolet accueille favorablement la demande et va de l’avant avec le projet de graffitis au skatepark

Par Salle des nouvelles

La Mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois est heureuse d’annoncer que le conseil municipal ira de l’avant avec le projet de graffitis au skatepark de Nicolet.  On se souviendra qu’en janvier dernier, un groupe de jeunes accompagné par le promoteur Vincent Bélisle déposait aux élus nicolétains un projet pour embellir les modules de planches à roulettes. Non seulement le conseil a-t-il accueilli favorablement cette pétition, mais les élus ont aussi décidé de bonifier ce dynamique projet. En plus d’en permettre la réalisation, le conseil municipal souhaite impliquer tous les jeunes de Nicolet, en les invitant à prendre une part active à son développement. 

Évalué par le groupe à un peu moins de 2000 $, le projet présenté dans la pétition consiste à confier à l’artiste muraliste Maxim Charland le soin de peindre les modules du skatepark pour ainsi le rendre plus attrayant pour les jeunes en les laissant choisir des thèmes, des couleurs, des motifs et des personnages. 

Dans le but d’impliquer les jeunes de Nicolet dans ce projet mobilisateur, la Ville travaillera avec les partenaires jeunesse du milieu, entre autres, avec Centretien, la Maison des jeunes, la Commission jeunesse de Nicolet ainsi que le promoteur du projet.  

Pour la mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois, l’appui au projet a fait rapidement consensus à la table du conseil municipal : « La Ville de Nicolet salue l’initiative citoyenne de ces jeunes qui permettra de rendre les lieux plus agréables, plus vivants, plus colorés et plus animés. Je pense que si les usagers sont fiers de leur lieu, ils vont en prendre grand soin» a précisé la première magistrate. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.