Publicité

17 novembre 2020 - 13:00

Il faut limiter les impacts de la pandémie, souligne le CIUSSS

Une Grande semaine des tout-petits en mode adaptation en Mauricie et au Centre-du-Québec

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Dans le cadre de la 5e édition de la Grande semaine des tout-petits qui se déroule d’ici le 21 novembre prochain, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) se joint au mouvement collectif pour offrir une voix à l’ensemble des tout-petits du Québec, particulièrement aux 15 000 enfants qui grandissent dans la région.

La situation des tout-petits est généralement bonne en Mauricie et au Centre-du-Québec. Les résultats de l’Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle (EQDEM) démontrent qu'environ 1 enfant sur 4 (1 sur 3 en milieu défavorisé) présente une vulnérabilité dans au moins un domaine de son développement à la maternelle.

De plus, 12,7% des enfants de la Mauricie présentent une vulnérabilité dans le domaine du développement cognitif et langagier alors qu’au Centre-du-Québec, c’est 11,8% (11,1% au Québec).

Les bouleversements associés à la pandémie comme les mesures de confinement et la conciliation famille-télétravail, ajoutent cependant des obstacles dans le quotidien des familles.

Les parents jouent un rôle crucial auprès de leurs enfants, mais ils ne sont pas seuls. Toute la communauté a un rôle à jouer dans leur épanouissement.

« Les équipes de la santé publique sont conscientes que les mesures mises en place pour limiter la propagation du coronavirus demandent beaucoup d’adaptation. J’encourage les gens à faire preuve de solidarité et de bienveillance, particulièrement envers les plus vulnérables de notre population. Parmi eux, les tout-petits sont sensibles aux comportements des adultes et ont tendance à absorber notre stress. En prenant soin de nous, en nous permettant de demander de l’aide au besoin et en étant créatifs dans l’adaptation de notre routine, nous réduisons les impacts de la pandémie sur les tout-petits », mentionne Dre Marie Josée Godi, directrice de la santé publique en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Des services adaptés au contexte

De plus, de nombreux services pour les tout-petits ont dû être adaptés au contexte de la pandémie.

Parmi ceux-ci, plusieurs équipes du CIUSSS MCQ travaillent quotidiennement auprès des enfants et leur famille.

« Les services qui leur sont offerts sont essentiels et ont été adaptés au contexte de la situation actuelle. Cette offre s’actualise en collaboration avec de nombreux partenaires, dont les organismes communautaires, les centres de pédiatrie sociale, les centres de la petite enfance et le réseau scolaire », indique Nathalie Garon, directrice du Programme jeunesse-famille.

Le CIUSSS MCQ tient à souligner la créativité de nombreuses organisations qui ont revu et adapté leurs activités pour les tout-petits afin de respecter les mesures sanitaires recommandées par la Santé publique.

Plusieurs bibliothèques, notamment celles de Trois-Rivières, Shawinigan et Victoriaville, offrent des activités virtuelles telles que L’heure du conte et des conférences sur divers thèmes.

L’Association des bibliothèques publiques du Québec recense d’ailleurs l’ensemble des activités sur le site web www.heureduconte.ca.

Pour que chacun de nos tout-petits puisse bénéficier d’une chance unique de se développer, profitons de cette semaine pour les chérir, et ce, afin que cet événement soit le début d’une bienveillance collective.

Dialogue

Rappelons que la Grande semaine des tout-petits est l’occasion de communiquer et de susciter le dialogue autour du développement des tout-petits, de mettre en lumière des initiatives locales et régionales qui soutiennent la petite enfance et de mobiliser l’ensemble de la société.

Plusieurs activités et événements se déroulent partout au Québec tout au long de la semaine. Pour en apprendre davantage sur la programmation, visitez le http://grandesemaine.com/

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.