Publicité

29 octobre 2020 - 15:00

Les effets de la pandémie se font aussi sentir en Mauricie selon la Jeune Chambre

25 M$ pour la santé mentale de la jeunesse : un pas dans la bonne direction selon la JCM

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La Jeune Chambre de la Mauricie (JCM), tout comme le Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec (RJCCQ) et ses membres, applaudie l’initiative prise par le gouvernement du Québec d’octroyer une somme supplémentaire de 25 M$ pour bonifier l'offre de service en santé mentale jeunesse et réitèrent leurs solutions pour les entrepreneurs également affectés par cet enjeu de société.

Suite à l’annonce du ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, Pierre Graff, le président-directeur général du RJCCQ, se réjouit.

« L’addition de ressources pour soutenir la jeunesse québécoise est une excellente nouvelle. Nous sommes ravis que le gouvernement ait entendu les préoccupations soulevées lors de notre rencontre à l’Assemblée nationale et lors de la publication conjointe d’une lettre ouverte avec les membres du RJCCQ et d'organismes inquiets des effets de la pandémie. Il est primordial que le plan émis par le Gouvernement inclue des ressources et des actions spécifiques pour les jeunes entrepreneurs et professionnels québécois. Le RJCCQ et ses membres des quatre coins du Québec sont prêts à collaborer sur ce dossier et proposer des solutions adaptées à la nouvelle réalité des entrepreneurs. »

Effets de la pandémie

« Les effets de la pandémie se font sentir sur nos membres, autant les entrepreneurs, que les professionnels et les étudiants. Nous suivons la situation de près et sommes prêt à soutenir tous les efforts qui permettront de soulager l’anxiété de nos jeunes en Mauricie », souligne de son côté Alexa Hamel, présidente de la JCM.

Le RJCCQ traite de ces enjeux dans son livre blanc Propositions pour une relève d’affaires résiliente, publié en septembre 2020, démarche qui est fortement appuyée par la JCM.

Propositions

En plus d’investissements supplémentaires dans le soutien psychologique, l’organisme propose

● La nomination d’un.e ministre délégué.e à la santé mentale qui travaillerait de manière horizontale avec tous les ministères afin d’assurer une accessibilité aux ressources en santé mentale dans toutes les sphères de la société québécoise.

● Une subvention pour une formation de premiers répondants de bénévoles issus du monde des affaires, mobilisés par le RJCCQ, au service des membres de la relève en situation de détresse à travers toute la province.

● Dans l’optique de briser l’isolement des entrepreneurs.e.s, la mise en place par le gouvernement du Québec d’une plateforme de soutien psychologique par des professionnels et par les pairs, dont le volet numérique serait géré par le RJCCQ et le volet terrain par les Jeunes chambres de commerce et Ailes jeunesses.

Rappelons que la Jeune Chambre de la Mauricie est un acteur d’influence qui participe activement au développement des professionnels et entrepreneurs de la relève d'ici depuis 1986. Elle inspire des jeunes à concrétiser leurs projets d’affaires.

À lire aussi:

https://www.lechodetroisrivieres.ca/actualites/actualites/408641/fete-de-lhalloween-la-ville-de-shawinigan-rappelle-les-mesures-en-vigueur

https://www.lechodetroisrivieres.ca/actualites/actualites/408625/trois-journees-pedagogiques-ajoutes-au-calendrier-scolaire-2020-2021

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.