Publicité

10 juin 2020 - 11:09

La modification des ratios a doublé la capacité initiale

Camp de jour à Nicolet: près de 40 places disponibles pour les jeunes nicolétains et non-résidents

Par Salle des nouvelles

La Ville de Nicolet annonce qu’une quarantaine de places sont encore disponibles pour le camp de jour des jeunes nicolétains et qu’il y a maintenant aussi de la place pour les non-résidents. Elle repousse donc la fin de sa période jusqu’au dimanche 14 juin sur son site Internet avec le principe de premier arrivé, premier inscrit.

La modification des ratios a fait en sorte de doubler la capacité initiale décrétée par Québec et la Ville pourra accueillir 190 jeunes de 5 à 12 ans sur deux sites.

Rappelons que le camp de jour sera offert du 23 juin au 13 août inclusivement (soit huit semaines) du lundi au jeudi, de 7 h 30 à 17 h 30. Le vendredi, le service ne sera pas disponible pour favoriser le repos du personnel et l’application de mesures sanitaires strictes.

Le coût sera de 45,90 $ par semaine (367,20 $ pour l’été) pour les résidents (incluant les citoyens de Sainte-Monique) et de 100 $ par semaine pour les non-résidents (800 $ pour l’été).

Les citoyens intéressés par le programme dans les municipalités voisines devront acquitter à la Ville de Nicolet la totalité du montant d’inscription mais peuvent vérifier auprès de leur bureau municipal s’il y a une politique de remboursement de frais de non-résidence en vigueur chez eux pour diminuer le coût d’inscription.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.